NOUVELLES

Nouvelle demande d'un groupe canadien aux USA pour un oléoduc controversé

04/05/2012 01:28 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

Le gouvernement américain a annoncé vendredi avoir reçu une nouvelle demande de permis d'un groupe canadien pour la construction d'un oléoduc entre le Canada et les Etats-Unis, après le rejet du projet initial en janvier en raison de préoccupations pour l'environnement.

Cette demande qui concerne le tronçon nord du projet Keystone XL entre les Etats du Montana (nord-ouest) et du Nebraska (centre), doit être approuvée par le département d'Etat américain pour que l'oléoduc franchisse la frontière canado-américaine, a indiqué de son côté le groupe canadien TransCanada Corp.

Le département d'Etat a fait part dans un communiqué de son "engagement à mener un examen rigoureux, transparent et approfondi" du projet d'oléoduc qui serait raccordé à une conduite existante dans la municipalité de Steele City, au Nebraska.

La demande de TransCanada "comprend une nouvelle proposition de tracé dans l'Etat du Nebraska", où des groupes écologistes craignaient que l'oléoduc ne menace une importante nappe phréatique.

Le président Barack Obama avait rejeté en janvier le projet dans sa forme initiale en accusant les républicains de la Chambre des représentants de ne pas lui avoir donné suffisamment de temps pour examiner le dossier. Cette décision ne préjuge cependant pas du sort de futures demandes, avait-t-il précisé.

TransCanada avait annoncé en février qu'il scindait en deux parties le projet afin de lancer dès cet été les travaux sur le tronçon sud de l'oléoduc, entre l'Oklahoma et le Texas, qui devraient être achevés l'an prochain.

Au sujet du tronçon nord, le département d'Etat a précisé qu'il retiendrait les services "d'une tierce partie indépendante" pour l'aider à déterminer si l'octroi d'un permis pour le projet est dans l'intérêt national des Etats-Unis.

TransCanada espère débuter les travaux au début 2013 et les terminer vers la fin 2014 ou au début 2015.

Le président de TransCanada, Russ Girling, a déclaré que l'oléoduc réduirait la dépendance américaine à l'égard du pétrole étranger, tout en procurant de l'emploi à des milliers d'Américains. Outre du pétrole canadien, l'oléoduc "transportera du brut américain du Montana et du Dakota du Nord vers les raffineries" du Texas, a-t-il fait valoir.

Le Canada est le premier fournisseur de pétrole des Etats-Unis.

lc-jl/sj

PLUS:afp