NOUVELLES

Négociations nucléaires: l'Iran réclame des "pas concrets" de l'Occident

04/05/2012 08:55 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

L'Occident doit faire des "pas concrets" pour établir la confiance dans les négociations nucléaires entre l'Iran et le groupe 5+1, a déclaré un haut négociateur nucléaire iranien sans donner plus de précision, ont rapporté vendredi les médias iraniens.

Que "les Occidentaux fassent des pas concrets pour donner confiance au peuple iranien", a déclaré Ali Bagheri, le numéro deux de l'équipe de négociateurs iraniens à son retour d'une tournée en Chine et en Russie, membres du groupe 5+1 avec les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne.

M. Bagheri a précisé qu'il avait eu des "discussions sérieuses" avec les responsables chinois et russes sur le sujet. Moscou et Pékin prônent une solution diplomatique et sont hostiles à des sanctions économiques supplémentaires et unilatérales contre l'Iran.

L'Iran et le groupe 5+1 ont renoué le dialogue mi-avril à Istanbul, après quinze mois d'interruption. Ils doivent se retrouver le 23 mai à Bagdad.

M. Bagheri a souligné "l'importance de l'engagement des pays 5+1 sur les droits nucléaires de la République islamique d'Iran dans le cadre du TNP" (traité de non-prolifération), en référence à une déclaration de Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l'Union européenne, en contact avec Téhéran au nom du groupe 5+1, à l'issue de la réunion d'Istanbul.

Il a aussi souligné que le processus de négociations devait être basé sur "une approche pas à pas et la réciprocité", une formule déjà utilisé par Mme Ashton, et assuré que le cadre de ce processus serait "déterminé avant la réunion de Bagdad".

La question de l'enrichissement d'uranium à un niveau de 20% par l'Iran semble désormais être au centre du bras de fer entre l'Iran et les Occidentaux, qui exigent son arrêt.

Les Occidentaux demandent aussi la fermeture du site de Fordo, construit sous la montagne à 150 km au sud de Téhéran, ainsi qu'un contrôle plus poussé du programme nucléaire iranien, qu'ils soupçonnent de comporter un volet militaire, malgré les démentis de l'Iran.

Téhéran réclame pour sa part la reconnaissance de son droit à l'enrichissement d'uranium et la fin des sanctions économiques.

sgh/fc

PLUS:afp