NOUVELLES

La maison Paco Rabanne se sépare de son directeur artistique Manish Arora

04/05/2012 10:16 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

PARIS - Après seulement deux collections, la collaboration entre la griffe légendaire Paco Rabanne et le styliste indien Manish Arora tourne court.

La maison de couture et le directeur artistique, nommé il y a un an, ont annoncé vendredi leur séparation d'un commun accord, relançant le jeu des chaises musicales entre maisons de luxe et directeurs artistiques.

«Nous sommes très reconnaissants à Manish du travail accompli et de l'énergie qu'il a déployé tout au long de cette collaboration», écrit la maison Paco Rabanne dans un communiqué publié par le service de presse de la maison de luxe. «Revisiter la mode de Paco Rabanne a été pour moi une expérience enrichissante et une aventure humaine et artistique exceptionnelle», renchérit le styliste indien dans le même document, qui ne fait état d'aucune aspérité de l'une ou l'autre des parties.

La griffe Paco Rabanne, propriété du groupe de luxe catalan Puig, avait fait appel en février 2011 au styliste indien connu pour sa mode ornementale et ses collections hautes en couleur afin de faire revenir dans la lumière son prêt-à-porter, absent des podiums parisiens depuis 2006.

La maison de couture avait misé sur la cote d'amour indéfectible que connaît en France Manish Arora et la marque qui porte son nom, fidèle du calendrier parisien depuis septembre 2007. Avant cette date, le styliste indien avait présenté plusieurs collections à Londres. «Je sais que je suis attendu au tournant et que je dois porter haut et fort les codes d'une maison iconique, mais je me donnerai les moyens de ne pas décevoir», avait confié Manish Arora à l'Associated Press, peu avant le premier défilé pour son nouvel employeur, à l'automne 2011.

Une première collection bâtie autour de la «femme lumière» pour laquelle Manish Arora avait puisé dans les archives maison pléthoriques pour proposer une «femme Paco Rabanne version 2012», et pour laquelle le groupe Puig lui avait laissé carte blanche, assurait alors le directeur de création.

Quasi-hommage au couturier de légende, la seconde collection d'Arora, présentée en mars dernier, réintroduisait entre autres le métal en de savantes compositions rivetées. Ce type de robes, notamment inspirées des cottes de maille d'antan, avait contribué à l'immense succès de Paco Rabanne à la fin des années 1960, à une époque où Coco Chanel le qualifiait d'ailleurs de «ferronnier» de la mode.

En dépit du retrait de son créateur depuis l'an 2000, la marque Paco Rabanne peut faire valoir un capital sympathie intact, porté par le succès insolent de son avant-dernier parfum masculin «1 Million», sorti en 2008 et numéro un actuel du secteur.

PLUS:pc