NOUVELLES

Faux documents faisant état de comptes bancaires de Fantino dans les îles Caïman

04/05/2012 08:57 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

OTTAWA - La commissaire fédérale aux conflits d’intérêts et à l'éthique n'enquêtera pas sur le ministre associé de la Défense, Julian Fantino, après avoir déterminé que les documents laissant entendre qu'il possédait des comptes bancaires dans les îles Caïman étaient des faux.

M. Fantino, en tant que ministre associé de la Défense nationale, est responsable des approvisionnements militaires.

Le Commissariat aux conflits d'intérêts et à l'éthique a informé M. Fantino, jeudi après-midi, que ses enquêteurs ont confirmé que les relevés provenant supposément de comptes à l'étranger étaient des faux.

«Mon bureau a reçu confirmation de UBS Wealth Management que ces relevés de comptes ne sont pas authentiques, a écrit la commissaire Mary Dawson à M. Fantino. Compte tenu de l'information dont je dispose, je n'ai aucune raison de poursuivre cette affaire plus avant.»

Alors que la commissaire à l'éthique a maintenant classé le dossier, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) continue de se pencher sur une plainte déposée par M. Fantino pour établir s'il y a eu erreur ou vol d'identité.

Un porte-parole de M. Fantino a indiqué que l'affaire est traitée avec le plus grand sérieux.

Le commissariat avait ouvert un dossier en mars après réception de documents de l'ex-candidat conservateur Richard Lorello qui laissaient entendre que des comptes bancaires à l'étranger avaient été ouverts au nom de M. Fantino et que des virements y avaient été effectués.

M. Lorello est un ancien candidat conservateur qui entretient des relations très tendues avec le parti. Lui et deux autres individus sont notamment à l'origine d'une plainte contre M. Fantino, qui fait actuellement l'objet d'un examen par Élections Canada.

Il affirme avoir reçu les documents de quelqu'un d'autre et les avoir transmis à la commissaire à l'éthique et à l'Agence du revenu du Canada sans savoir s'ils étaient légitimes ou non.

PLUS:pc