NOUVELLES

Deuxième jour d'audience à New York dans le duel Evangelista/Pinault

04/05/2012 07:33 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

L'homme d'affaires François-Henri Pinault et la top model Linda Evangelista se sont retrouvés vendredi pour une deuxième après-midi d'audience tendue devant un tribunal new-yorkais chargé de décider du montant d'une pension alimentaire pour leur fils de 5 ans.

L'avocat de Linda Evangelista, William Beslow, a épluché certaines des dépenses de 2010 du milliardaire français, qui a reconnu avoir notamment acheté 210.000 euros de cadeaux (dont plus de la moitié pour sa collection de montres personnelle) et deux voitures de course. Il a également évoqué 56.000 euros en frais de garde d'enfants, 35.000 euros en entretien de son jardin, ou encore plus de 60.000 euros pour les charges de copropriété de son appartement parisien.

La veille, l'avocat avait fait référence à des vacances à Bora Bora en famille, pour 45.000 euros.

François-Henri Pinault, 49 ans, patron de PPR (qui possède notamment Saint-Laurent, Gucci, la Redoute, la Fnac) a reconnu qu'il n'avait fait en 2010 que deux cadeaux à "Augie", le fils qu'il a eu avec Linda Evangelista, après une liaison de quatre mois.

Depuis deux jours, William Beslow interroge sans relâche M. Pinault sur son train de vie avec ses autres enfants, et notamment avec Valentina, la fille de 4 ans qu'il a eue avec l'actrice Salma Hayek, épousée en 2009.

L'avocat a notamment souligné qu'il avait acheté pour sa fille une maison de 12 millions de dollars à Los Angeles.

Linda Evangelista a commencé à témoigner vendredi en fin d'après-midi.

La top model canadienne a raconté comment elle avait enchaîné les petits boulots dès 12 ans, avant de démarrer sa carrière de mannequin, précisant que son contrat avec l'Oréal s'était terminé en 2010.

Ses revenus annuels moyens étaient jusqu'alors de 1,8 million de dollars.

Les avocats de François-Henri Pinault ont affirmé qu'elle avait établi une liste de dépenses mensuelles de 46.000 dollars (35.000 euros) pour son fils.

M. Pinault a reconnu qu'il ne lui avait jamais versé de pension alimentaire. Il a souligné qu'il avait posé la question en 2007, avait reçu une proposition déraisonnable, avait fait une contre-proposition, et n'avait plus jamais eu de réponse jusqu'à la convocation judiciaire.

"J'ai fait une offre, j'attendais une réponse. Quand quelqu'un ne répond pas, je considère que c'est non".

L'audience se poursuivra lundi et mardi.

bd/sam

PLUS:afp