NOUVELLES

Des dizaines de morts dans des bombardements soudanais au Kordofan-Sud (HRW)

04/05/2012 12:30 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

Des bombardements aériens soudanais sur le Kordofan-Sud, dans le sud du Soudan, ont fait des dizaines de morts et forcé des milliers de civils à fuir leurs maisons détruites, selon l'organisation Human Rights Watch (HRW).

Ces attaques "sans discernement" par les forces gouvernementales sur la région des Monts Nouba pourraient constituer des crimes de guerre, estime HRW dans un rapport publié à la suite d'une mission menée sur place en avril.

Au Kordofan-Sud et au Nil Bleu, un autre Etat soudanais frontalier, des combats opposent depuis l'été dernier l'armée soudanaise à des groupes rebelles qui s'étaient battus au côté des Sudistes pendant la guerre civile (1983-2005) ayant abouti à la partition du pays en juillet 2011.

L'équipe de HRW qui s'est rendue sur place a fait état de bombardements quasi-quotidiens. Elle a également constaté la destruction de ressources en céréales et en eau et des cas de détention arbitraire et de viol.

Le gouvernement de Khartoum refuse aux organisations humanitaires l'accès aux zones qu'il ne contrôle pas et dément l'existence d'une crise humanitaire au Kordofan-Sud et au Nil Bleu.

"Les civils au Kordofan-Sud ont subi 11 mois de terreur", affirme Leslie Lefkow, directrice adjointe pour l'Afrique à HRW, qui a participé à la mission. "Des enfants ont été mutilés et des femmes violées et beaucoup de gens ne savent pas si leurs proches arrêtés par les forces gouvernementales soudanaises sont encore en vie".

L'equipe de HRW a recueilli des témoignages selon lesquels les bombardements aériens visaient des zones n'abritant apparemment aucune installation militaire ni aucune force rebelle. Ces bombardements ont été "sévères" sur les localités de El Buram, Um Durein et Heiban que HRW a visitées. Dans les villes de El Taice and Troji, les soldats gouvernementaux ont détruit des points d'eau et des provisions de céréales.

Ces bombardements aveugles "semblent avoir pour objectif d'affamer les civils des Monts Nouba", estime Leslie Lefkow.

tw/avz/sf

PLUS:afp