NOUVELLES

USA: Chen téléphone au Congrès, appelle à l'aide en pleine audition

03/05/2012 05:16 EDT | Actualisé 03/07/2012 05:12 EDT

Le dissident chinois Chen Guangcheng a téléphoné depuis sa chambre d'hôpital à Pékin à des élus du Congrès américain réunis jeudi lors d'une audition sur son cas, et a lancé un appel à l'aide en direction de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

"Je veux rencontrer Mme Clinton. J'espère que je pourrai obtenir davantage d'aide de sa part", a dit M. Chen au cours d'une conversation téléphonique --retransmise en pleine audition de la commission exécutive du Congrès sur la Chine-- avec le représentant républicain Chris Smith, qui présidait la séance.

M. Chen souhaite voir garantir "sa liberté de mouvement" car il veut "venir aux Etats-Unis pour se reposer", a dit le dissident, selon son ami Bob Fu, qui traduisait l'appel de M. Chen devant un public et des journalistes qui assistaient à cette scène inédite.

"J'ai peur pour la vie des membres de ma famille", a dit M. Chen. "Ce qui m'inquiète le plus maintenant, c'est la sécurité de ma mère et de mon frère, et je veux savoir ce qu'il advient d'eux", a-t-il ajouté.

De son côté, M. Smith a dit à M. Chen que plusieurs des témoins qui se trouvaient à l'audition étaient "désespérément inquiets" pour lui et sa famille.

"Nous prions pour vous et nous continuerons nos efforts sans relâche" pour tenter de trouver une solution, a dit l'élu républicain.

Mme Clinton et d'autres responsables américains sont actuellement à Pékin pour des pourparlers bilatéraux, et l'affaire Chen a dominé les relations entre les deux pays toute la semaine. Mme Clinton n'a pas rencontré M. Chen, mais elle lui a parlé au téléphone.

M. Smith a estimé que Mme Clinton devait se rendre auprès de M. Chen à l'hôpital. "Vous et votre famille et vos soutiens devriez être à bord d'un avion vers les Etats-Unis pour, comme vous le dites, obtenir un repos que vous méritez bien", a ajouté l'élu.

Jeudi au cours de l'audition, plusieurs dissidents exilés en contact avec Chen Guangcheng ont estimé devant les élus qu'il était "temps" pour Mme Clinton de s'atteler à résoudre cette crise.

M. Fu, fondateur de l'association ChinaAid, a estimé que les Etats-Unis ont pu pousser le dissident à quitter l'ambassade américaine où il s'était réfugié pendant six jours. "Mme Clinton, il est temps d'agir, de tenir les promesses que vous avez faites, ce que vous avez répété au cours de ces dernières années", a-t-il dit.

Les Etats-Unis ont expliqué que Chen Guangcheng, 40 ans, avait accepté de quitter l'ambassade après avoir obtenu des garanties pour sa sécurité de la part du régime chinois. Mais le dissident, qui s'est fait connaître en dénonçant les expropriations, les stérilisations et les avortements forcés, a ensuite fait savoir à la presse étrangère qu'il craignait que sa sécurité soit menacée et qu'il souhaitait s'expatrier.

Les Etats-Unis mènent actuellement avec la Chine des discussions stratégiques et économiques à Pékin.

Plusieurs personnalités républicaines, dont Mitt Romney le probable adversaire de Barack Obama à la présidentielle de novembre, ont fait le rapprochement entre les discussions et une possible pression de la part de l'administration pour demander à M. Chen de partir de l'ambassade américaine.

mlm/emp/eg

PLUS:afp