NOUVELLES

L'ONU appelle à la fin de la rébellion dans l'est de la RDCongo

03/05/2012 12:51 EDT | Actualisé 03/07/2012 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé jeudi "l'arrêt immédiat de la rébellion" des anciens membres du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) en République démocratique du Congo (RDC) et déclaré "soutenir les efforts des autorités congolaises" pour régler la crise.

Dans une déclaration adoptée jeudi, le Conseil se déclare particulièrement inquiet du nombre de personnes déplacées par ces combats dans le pays ou réfugiés dans les pays voisins.

Selon une évaluation provisoire de l'ONU, près de 20.000 personnes ont été déplacées par les combats entre l'armée et des mutins ex-membres du CNDP qui ont éclaté dimanche au Nord-Kivu (est de la RDC), dont 3.500 ont fui au Rwanda voisin.

Les 15 pays membres du Conseil ont aussi "souligné l'importance de désarmer et de démanteler tous les groupes armés opérant dans l'est de la RDC et demandé à cet égard la coopération" des pays voisins.

Ils "soulignent l'importance pour le gouvernement congolais de poursuivre activement et de juger les responsables de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité" en RDC et demandent à la Mission de l'ONU (MONUSCO) d'aider le gouvernement congolais à le faire.

La RDC a annoncé mercredi son intention de juger le général Bosco Ntaganda, qu'elle estime "responsable" des combats dans l'est entre l'armée et des ex-rebelles.

Habituellement basé à Goma, la capitale provinciale, Jean-Bosco Ntaganda est visé depuis 2006 par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour enrôlement d'enfants quand il était dans une milice au début des années 2000.

avz/sf

PLUS:afp