NOUVELLES

Libye: les pro-fédéralisme de l'Est appellent au boycott des élections

03/05/2012 10:57 EDT | Actualisé 03/07/2012 05:12 EDT

Le Conseil intérimaire de Cyrénaïque, qui milite pour l'autonomie de l'Est libyen, a appelé jeudi les Libyens à boycotter les élections de juin, rejetant le processus de transition politique décidé par les nouvelles autorités libyennes.

"Le Conseil intérimaire de Cyrénaïque appelle tous les Libyens et en particulier les habitants de la région (Est) à boycotter les prochaines élections (...) si le Conseil national de transition (CNT, au pouvoir) garde sa position en ce qui concerne la feuille de route transitionnelle".

Dans un communiqué publié à Benghazi (est), le Conseil réclame notamment qu'un projet de Constitution soit élaboré avant les élections, tandis que le but du scrutin est d'élire 200 membres d'une Assemblée constituante.

Il estime qu'il était "absolument insensé de choisir le Congrès national (constituante) avant qu'un accord ne soit trouvé sur la nature de la Constitution et ses principes".

Le Conseil intérimaire de Cyrénaïque a estimé par ailleurs que "l'Etat et ses institutions ne sont ni prêts ni capables de garantir la sécurité et la stabilité, nécessaires pour organiser des élections transparentes et crédibles".

Selon le communiqué, l'"opération constitutionnelle" prévue par les autorités conduirait à "l'édification du nouvel Etat de manière incorrecte".

Le communiqué réclame au préalable la formation d'un comité émanant de la société civile, dont les membres devraient être répartis équitablement entre les régions, pour préparer un projet de Constitution précisant la forme de l'Etat et la nature du pouvoir.

Le Conseil avait appelé récemment à l'abandon de la loi électorale qui doit régir les prochaines élections, réclamant une assemblée formée par des membres répartis équitablement entre les trois régions administratives historiques: la Cyrénaïque, la Tripolitaine (ouest) et le Fezzane (sud).

La loi électorale adoptée par les autorités prévoit une assemblée de 200 sièges répartis entre les villes du pays, selon le nombre d'habitants, et non pas en fonction de ces trois régions.

str-ila/cnp

PLUS:afp