NOUVELLES

L'Europe plombe General Motors, qui semble écarter des fermetures d'usines

03/05/2012 03:48 EDT | Actualisé 03/07/2012 05:12 EDT

Le numéro un mondial de l'automobile, l'américain General Motors, a vu son bénéfice divisé par trois au premier trimestre même s'il a dépassé les attentes, lesté par une perte en Europe où ses dirigeants ont toutefois semblé écarter des fermetures d'usine immédiates.

"La reprise économique aux Etats-Unis, une demande record pour les véhicules GM en Chine et la croissance mondiale de la marque Chevrolet ont aidé à générer de solides résultats", a commenté le PDG Dan Akerson dans un communiqué publié jeudi.

Le bénéfice net part du groupe est ressorti à 1,0 milliard de dollars contre 3,15 milliards un an plus tôt.

"Nous ne sommes pas immunisés contre les problèmes du secteur comme la récession ou la surcapacité de production en Europe", a souligné Dan Akerson.

En Europe, le groupe a essuyé une perte de 256 millions de dollars contre un gain de 5 millions de dollars un an plus tôt, et le chiffre d'affaires a reculé de 20%.

"Ces résultats sont décevants mais pas inattendus", a estimé M. Akerson.

Le directeur financier Dan Amman a déploré lors d'une conférence avec les analystes des "stocks encore trop élevés" en Europe. Sur le front des coûts de production, il a affirmé que le groupe faisait des progrès "semaine après semaine".

"Tout ne viendra pas d'une grosse annonce mais il y a beaucoup d'activité en coulisses, qui se traduit par une amélioration de la rentabilité sur un an et comparé au quatrième trimestre, même s'il y a encore du travail à fournir", a-t-il ajouté.

"Vous allez assister à une baisse continue des effectifs. Il y a une fixation sur les fermetures d'usines mais elles prennent du temps et sont difficiles", a-t-il insisté, semblant ainsi écarter une fermeture de sites Opel-Vauxhall, redoutée par les employés de la filiale européenne.

ved/sl/evs/eg

PLUS:afp