NOUVELLES

Israël: Netanyahu et son parti favoris d'élections anticipées

03/05/2012 05:42 EDT | Actualisé 03/07/2012 05:12 EDT

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son parti de droite, le Likoud, étaient donnés grands vainqueurs d'élections législatives anticipées, selon une série de sondages publiés jeudi.

Le chef de la majorité parlementaire, Zeev Elkin, a déposé mercredi une motion de dissolution de la Knesset (Parlement) en vue de législatives anticipées convoquées en principe pour le 4 septembre.

Pas moins de 48% des Israéliens plébiscitent M. Netanyahu comme le meilleur candidat à sa succession, selon un sondage publié par le quotidien de gauche Haaretz.

Il devance ainsi de très loin Shelly Yacimovich, la chef du Parti travailliste (opposition de centre gauche) à 15%, Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères et chef du parti Israel-Beiteinou (droite nationaliste) à 9%, et Shaul Mofaz, chef du parti centriste Kadima (6%), aujourd'hui principale force de l'opposition.

Ces résultats sont d'autant plus encourageants pour M. Netanyahu que le Likoud est crédité d'une poussée: selon un autre sondage publié par le Jerusalem Post, il obtiendrait 31 sièges, contre 27 actuellement, sur un total de 120.

Les autres grandes formations sont créditées des scores suivants: Parti travailliste 17, Israel-Beiteinou 13, la nouvelle formation Yesh Atid (centre droit) du journaliste Yaïr Lapid, 12, tandis que Kadima, actuellement première formation d'Israël avec 28 sièges, s'effondrerait, avec 10 mandats de députés.

Un troisième sondage publié par Maariv confirme la tendance: Likoud 31, travaillistes 18, Israel-Beiteinou 12, Kadima 11, Yesh Atid 11.

Il indique en outre clairement que le bloc de droite serait assuré de constituer la prochaine coalition. Il pourrait en effet s'appuyer sur le Shass religieux sépharade (droite) 8, le parti Judaïsme unifié de la Torah (droite) 6, le Parti national religieux (droite - colons) 4, et Union nationale (extrême droite) 4, déjà représentés au gouvernement, à l'exception de cette dernière formation.

Avec respectivement 10 et 4 députés, selon le sondage, les listes arabes et le Meretz (gauche laïque) resteraient dans l'opposition. Le parti Atzmaout du ministre de la Défense Ehud Barak disparaîtrait pour sa part de la Knesset.

Selon M. Elkin, M. Netanyahu doit arrêter dimanche la date définitive du scrutin --en principe le 4 septembre--, à l'issue du traditionnel deuil juif de sept jours qu'il observe pour le décès de son père.

La Knesset va discuter lundi en lecture préliminaire de la proposition de loi de dissolution de la Chambre, qui devrait être voté le lendemain ou au plus tard le surlendemain en deuxième et troisième lectures.

La classe politique se prépare d'ores et déjà à "un été chaud". Selon les médias, le Likoud, le Kadima et le Parti travailliste devraient ainsi tenir en juin des primaires pour établir la liste de leurs candidats. Ces listes devront être soumises à la Commission électorale le 19 juillet au plus tard.

La bataille s'annonce particulièrement serrée au sein de Kadima. M. Mofaz a tenté de remonter la pente en offrant mercredi à Tzipi Livni, ex-chef du parti, la deuxième place sur la liste.

Visiblement sans illusions sur les chances de son parti, M. Barak a pour sa part indiqué mercredi dans une conférence de presse qu'il briguait le ministère de la Défense, tablant sur sa seule expérience personnelle.

Selon l'analyste politique Hanan Crystal, M. Netanyahu, qui apparaît comme une véritable "locomotive" du Likoud, pourrait aisément imposer M. Barak à ce portefeuille, même si ce dernier n'est pas élu à la Knesset.

Les deux hommes constituent un attelage central au gouvernement, agitant depuis des mois le péril nucléaire iranien.

ChW/sst/agr/vl

PLUS:afp