Huffpost Canada Quebec qc

Un francophone de moins au Comité des langues officielles

Publication: Mis à jour:
PARLIAMENT HILL PEACE TOWER
CP

Un député libéral franco-ontarien claque la porte du Comité permanent des langues officielles, en raison du climat partisan qui y régnerait depuis l'élection d'un gouvernement conservateur majoritaire.

Mauril Bélanger ne croit plus à l'utilité des travaux du comité dans sa forme actuelle. Il reproche aux conservateurs de manquer de sens critique et de ne s'en tenir qu'aux lignes de leur parti. Le député d'Ottawa Vanier qualifie même le climat du comité de « partisan ».

« Le gouvernement veut tout contrôler. J'ai été patient. J'ai tenté de travailler dans ces conditions, mais ça n'a pas fonctionné. » - Le député libéral Mauril Bélanger

Mauril Bélanger se dit surtout inquiet de l'évaluation de la feuille de route du Comité permanent des langues officielles. « Ils ne sont pas capables de se critiquer », dit-il, en parlant des députés du Parti conservateur. D'après le député, le rapport du comité sera élogieux et partisan.

Réactions

Le député conservateur d'Etobicoke-Lakeshore, Bernard Trottier, croit que le député libéral comprend mal les règles entourant les comités.

Il confirme cependant que le Comité permanent des langues officielles est plus partisan, depuis que le gouvernement est majoritaire. Bernard Trottier explique toutefois différemment les perceptions du député libéral. « C'est de la frustration, croit-il. Avec notre majorité sur le comité, nous avons un certain contrôle de l'agenda. »

Mauril Bélanger est le troisième député franco-ontarien à claquer la porte du comité depuis les trois derniers mois. Son départ fait en sorte que le comité des langues officielles ne compte plus qu'un député franco-ontarien, soit Bernard Trottier.

Mauril Bélanger conserve cependant son titre de porte-parole en matière de langues officielles.

Sur le web

Bélanger quitte le comité des langues officielles | Philippe Orfali ...

Pourquoi je démissionne du comité confédéral

Harper confirme le nouveau vérificateur général malgré la grogne ...