La CLASSE présente sa contre-offre: financez l'enseignement plutôt que la recherche

Publication: Mis à jour:
GABRIEL NADEAU DUBOIS
Le HuffPost Québec

MONTRÉAL - Le bras de fer se poursuit pour quelques bastions de résistance dans le mouvement étudiant. Au cégep André-Laurendeau, à Montréal, le vote de grève a été reconduit, jeudi, malgré l'annulation de la session d'été et la possibilité de ne pas pouvoir terminer la session en cours.

Le cégep André-Laurendeau est en arrêt de cours depuis maintenant 10 semaines. Ce jeudi, après discussions, 52,7 pour cent des étudiants ont opté pour la poursuite des moyens de pression.

Environ 630 étudiants sur un peu plus de 2900 inscrits étaient présents à l'assemblée. Ils ont convenu de permettre à certains de terminer, notamment ceux qui sont inscrits à un programme d'alternance travail-études, au bac international et à quelques cours par projet.

Au cégep de Sherbrooke, l'injonction forçant le retour en classe n'a pas été respectée et les cours ont été suspendus. Les membres de l'association étudiante de l'établissement ont cependant voté pour un retour en classe, jeudi en fin d'après-midi, après avoir discuté des dernières offres proposées par le gouvernement Charest. Un peu plus de 2000 étudiants s'étaient massés dans le gymnase. Environ 55 pour cent des personnes présentes ont voté pour la fin de la grève.

Au cégep de l'Outaouais, une fois de plus, malgré une injonction de la Cour supérieure, l'établissement a dû annuler tous ses cours réguliers, jeudi.

La direction du cégep a pris cette décision peu avant 9h00 après que des manifestants se soient introduits à l'intérieur de son pavillon du secteur de Hull. Il n'y a eu aucune arrestation ou signalement de grabuge, selon l'agent Pierre Lanthier, du Service de police de la ville de Gatineau (SPVG).

Quelque 250 étudiants avaient manifesté jeudi matin sur le campus Gabrielle-Roy, dans le secteur de Hull. Ils avaient d'abord bloqué l'accès aux véhicules mais laissaient tout de même passer les étudiants qui avaient choisi de retourner en classe.

Le tout s'est déroulé dans l'ordre, selon l'agent Lanthier, qui a également précisé que le SPVG n'avait reçu aucune demande de la direction du cégep de l'Outaouais pour faire respecter l'injonction.

Aucune manifestation n'a eu lieu au pavillon Félix-Leclerc situé à une dizaine de kilomètres de là, dans le secteur de Gatineau.

Pendant ce temps, au cégep de Maisonneuve, à Montréal, les professeurs sont tenus d'enseigner leur matière aux 16 étudiants qui ont obtenu une injonction des tribunaux pour assister à leurs cours. L'association étudiante du cégep a convenu d'une entente à cet effet avec la direction, mercredi soir.

Par contre, les salles de classe ne sont pas ouvertes aux autres étudiants qui souhaitent reprendre les cours suspendus en raison du mouvement de grève contre la hausse des droits de scolarité.