Stephen King réclame plus d'impôt dans une tribune au Daily Beast

Publication: Mis à jour:
STEPHEN KING TAXES
Stephen King lors d'une conférence de presse à New York pour la sortie du Kindle 2, nouvelle liseuse d'Amazon | EMMANUEL DUNAND / AFP

Stephen King s'insurge contre les privilèges accordés aux plus riches dans la société américaine. Le maître de l'horreur a profité d'une tribune publiée sur le site de The Daily Beast pour haranguer les plus fortunés. L'écrivain a intitulé son discours de manière à secouer l'opinion publique:

"Imposez-moi, tabar***"
(Tax Me, for F@%&’s Sake!)

Dans ce long râle du désespoir, King reproche notamment aux responsables politiques d'entretenir les inégalité fiscales et prévient qu'une apocalypse digne de certains de ses romans est possible si le fossé entre les riches et les pauvres continuent de se creuser aux États-Unis.

"J'ai connu des gens riches et je sais de quoi je parle parce que je fais partie de cette catégorie. La plupart préféreraient tremper leur pénis dans de l'essence à briquet, craquer une allumette et danser autour en chantant Disco inferno plutôt que de payer un centime de plus à l'Oncle Sucre. C'est vrai que des personnes fortunées font parfois des dons aux œuvres de charité (...) Warren Buffett le fait, Bill Gates aussi, Steven Spielberg, les frères Koch ou Steve Jobs. Mais ça ne va pas endiguer le réchauffement climatique ou baisser le prix de l'essence à la pompe (...) La majorité des riches qui payent 28% en impôts ne dépensent pas cette même somme dans des organisations caritatives."

L'écrivain poursuit son réquisitoire en prenant à partie le Sénat et la Chambre des représentants qui refusent d'augmenter les taxes contre cette partie de la population. Il les accuse notamment d'idolâtrer les plus riches avant de reprocher à ses derniers d'avoir la mémoire courte:

"Vous avez eu la chance d'être nés dans un pays où la mobilité sociale vers le haut est possible, alors que ces mêmes canaux que vous avez empruntés sont aujourd'hui de plus en plus bouchés. Ce n'est pas juste de demander à la classe moyenne d'assumer un montant disproportionné du fardeau fiscal (...) C'est totalement anti-américain. Je ne vous demande pas de vous excuser parce que vous êtes riches, je veux que vous reconnaissiez le fait qu'aux États-Unis, tout le monde doit payer sa part de manière équitable."

Il rappelle que les différents mouvements "Occupy" dans plusieurs villes américains avaient agi comme un électrochoc pour les conservateurs qui s'opposent à une augmentation des impôts pour les plus riches. "Ils ont voulu répondre comme Marie Antoinette ou Scrooge. Pas très bien vu, messieurs. Si la situation n'est pas traitée correctement, les manifestations de l'année dernière ne seront que le début. Scrooge avait attendu la visite des fantômes pour changer d'avis. Marie Antoinette par contre, est passée à la guillotine. Vous êtes prévenus."

Le dernier roman de Stephen King

Comme le rappelle LeMonde.fr, le milliardaire Warren Buffet avait accouché en août 2011 d'une tribune dans le New York Times, intitulée "Arrêtons de chouchouter les super-riches" dans laquelle il appelait les parlementaires américains à augmenter les impôts de la tranche de population dont les revenus annuels étaient supérieurs au million de dollars.

Nouvel opus de la saga La Tour sombre, le dernier roman de Stephen King, The Wind Through The Keyhole est sorti en version audio le 24 avril dernier. C'est l'écrivain qui s'est chargé de poser sa voix sur son texte. La version française devrait voir le jour en juin prochain.