NOUVELLES

Desmond Tutu suscite un début de polémique entre catholiques américains

02/05/2012 05:22 EDT | Actualisé 02/07/2012 05:12 EDT

La venue du prix Nobel de la paix sud-africain Desmond Tutu pour les 125 ans d'une université catholique américaine a déclenché un début de polémique aux Etats-Unis, en raison de ses positions en faveur du mariage homosexuel et de l'avortement.

"Bien que l'archevêque Tutu ait fait un travail formidable en Afrique du Sud, ses positions sur la vie avant la naissance, la sexualité et son manque de respect pour le peuple juif, devraient interdire toute institution se disant catholique de l'honorer", indique une pétition consultable en ligne, parrainée par plusieurs organisations catholiques traditionalistes. Elle affiche environ 800 signataires.

Une contre-pétition, appelant l'université à ne pas céder à la pression et soulignant combien Desmond Tutu était "aimé à travers le monde", a réuni plus de 12.000 signatures, selon le quotidien de Johannesburg The Star.

L'archevêque noir anglican, ancien héros de la lutte anti-apartheid, a réagi une première fois lundi en jugeant ce genre de polémique "vraiment lassante".

"Les gens doivent pouvoir exprimer leurs idées et j'entends continuer à travailler dur pour défendre le droit de tout le monde sur cette terre à exprimer ses opinions", a-t-il ajouté dans un communiqué mercredi.

Desmond Tutu doit se rendre prochainement en tournée aux Etats-Unis.

Il fera notamment étape à Spokane, dans l'Etat de Washington (nord-ouest) où l'université catholique privée Gonzaga l'a invité à inaugurer les festivités de son 125ème anniversaire dimanche 13 mai.

Desmond Tutu sera également fait docteur honoraire en droit de cette institution privée de tradition jésuite.

Dans son communiqué, il a précisé être "en contact régulier" avec le président de l'université et s'est félicité que le journal étudiant du campus juge "sa visite tout à fait bienvenue".

Les accusations contre Desmond Tutu portant sur son supposé "manque de respect pour le peuple juif" font référence aux critiques maintes fois exprimées par l'archevêque noir à l'encontre de la politique menée par Israël dans les territoires occupés.

clr/cpy

PLUS:afp