La ministre Line Beauchamp dément tout lien avec Domenico Arcuri

RCQC  |  Publication: 2/05/2012 12:00 Mis à jour: 2/05/2012 16:49

La ministre de l'Éducation et vice-première ministre du gouvernement Charest, Line Beauchamp, a soutenu à l'Assemblée nationale, mercredi matin, qu'elle ne connaît pas un membre présumé du crime organisé montréalais avec qui elle a déjeuné en 2009, lors d'une activité de financement du PLQ.

Selon le journal La Presse, Domenico Arcuri, un membre présumé de la mafia identifié lors de l'opération Colisée de la GRC, en 2006, était présent, le 6 avril 2009, lors d'un petit-déjeuner de financement organisé par des membres de la firme de génie-conseil Genivar au restaurant Piccolo Mondo, à Laval.

Lors de ce déjeuner auquel prenaient part une quinzaine de personnes avec la ministre, qui détenait le portefeuille de l'Environnement à l'époque, les convives auraient versé 61 500 $ au Parti libéral. Domenico Arcuri aurait quant à lui versé 2995 $ au PLQ au cours de 2009, une contribution qui se situe dans les normes de la loi sur le financement des partis.

Toujours selon La Presse, Domenico Arcuri assistait à ce petit déjeuner à titre de représentant de la firme de décontamination de sols Énergie Carboneutre.

L'entreprise faisait alors des démarches auprès du ministère de l'Environnement pour que son certificat d'autorisation soit bonifié. L'entreprise a obtenu les autorisations demandées un an plus tard. La ministre Beauchamp a pris soin de préciser que ce n'était pas elle qui avait donné cette autorisation à Énergie Carboneutre, mais bien une direction régionale de son ministère.

Talonnée par les membres de l'opposition mercredi à l'Assemblée nationale, la ministre Beauchamp a déclaré à plusieurs reprises qu'elle ne connaît pas M. Arcuri et que même aujourd'hui, elle serait incapable de le reconnaître.

Rappelant que le propre des organisations mafieuses est de s'infiltrer dans les coulisses du pouvoir dans la plus grande discrétion, Line Beauchamp a assuré ses collègues de la Chambre qu'elle n'a jamais entretenu aucun lien avec M. Arcuri et qu'elle ignorait totalement qui il était lors de cet événement.

La ministre de l'Éducation a cru bon d'ajouter que compte tenu de la situation actuelle et des lois adoptées sur le financement des partis, elle éviterait certainement de participer à ce genre d'événement aujourd'hui.

Peu impressionnée, l'opposition officielle s'est plutôt étonnée que la ministre Beauchamp ait pu ignorer l'identité des personnes qui ont versé plus de 61 000 $ ce matin-là dans les coffres de son parti.

Le député de Chambly, Bertrand St-Arnaud, a ensuite poussé la ministre dans ses retranchements en lui rappelant qu'à l'époque, son attaché politique était Gilles Deguire, un policier à la retraite ayant cumulé une trentaine d'années d'expérience.

Comment la ministre a-t-elle pu alors ne pas être au courant que l'une des personnes avec qui elle déjeunait était un membre présumé du crime organisé montréalais?, a demandé le député de Chambly.

Jean-Marc Fournier et Alain Paquet à la rescousse

Le leader parlementaire du PLQ, Jean-Marc Fournier, est alors venu à la rescousse de Line Beauchamp en interpellant le président de la Chambre sur un point du règlement sur le respect des propos des propos des membres de l'Assemblée nationale.

Le député de Chambly a alors demandé à la ministre de l'Éducation comment il se faisait que ce soit des employés d'une firme de génie-conseil qui organisaient ses activités de financement. La réponse est venue cette fois de la bouche du ministre délégué aux Finances, Alain Paquet, qui a rappelé les modifications apportées par son parti aux lois sur le financement des partis politiques et les engagements pris en ce sens par le gouvernement Charest.

Le ministre délégué aux Finances a également renvoyé la balle au Parti québécois en citant le rapport Moisan selon lequel, le PQ avait aussi reçu des contributions d'ingénieurs et de firmes d'ingénierie par le passé.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |