NOUVELLES

Audition au Congrès américain jeudi sur le dissident chinois Chen Guangcheng

02/05/2012 07:14 EDT | Actualisé 02/07/2012 05:12 EDT

Une commission du Congrès américain tiendra jeudi une audition d'urgence au sujet de l'affaire du dissident chinois Chen Guangcheng qui s'était réfugié dans l'ambassade américaine à Pékin, a indiqué à l'AFP son président Chris Smith.

L'audition aura lieu à 14H00 (18H00 GMT). Plusieurs responsables d'associations des droits de l'homme y seront interrogés, alors que le Congrès se trouve actuellement en congés parlementaires.

M. Smith, élu républicain de la Chambre des représentants, a précisé qu'une autre audition aurait lieu la semaine prochaine et qu'il inviterait des responsables du département d'Etat à témoigner devant la commission parlementaire exécutive sur la Chine.

Mercredi, selon la chaîne CNN, Chen Guangcheng a accusé le personnel de l'ambassade des Etats-Unis à Pékin, où il s'était réfugié pendant six jours, de l'avoir incité à quitter les lieux en échange de garanties pour sa sécurité données par les autorités chinoises, puis de l'avoir abandonné.

"Il y a eu apparemment un effort précipité pour résoudre la question avant le sommet", a dit à l'AFP M. Smith, en faisant allusion au dialogue stratégique et économique entre les Etats-Unis et la Chine qui doit se dérouler jeudi et vendredi à Pékin.

L'élu a tenté en vain d'entrer en contact avec M. Chen ces dernières heures.

Interrogé pour savoir s'il estimait que l'ambassade américaine à Pékin a demandé à M. Chen de partir, M. Smith a répondu: "je ne sais pas mais on lui a certainement dit qu'il ne pourrait pas revoir sa femme et ses enfants s'il ne partait pas".

"Nous poserons des questions (...) en espérant que le département d'Etat témoignera", a dit M. Smith en reprochant notamment à la secrétaire d'Etat Hillary Clinton de ne pas avoir rencontré directement M. Chen, au lieu de lui passer un coup de téléphone.

Par ailleurs, M. Smith s'est dit "déçu" par le président Barack Obama qui a refusé de s'exprimer sur la question lorsque la presse l'a interrogé. "Il aurait dû se lancer dans un paragraphe ou deux pour dire quel grand homme il (M. Chen) est", a estimé M. Smith.

emp/sam

PLUS:afp