NOUVELLES

Marine Le Pen confirme qu'elle annulera son vote au second tour du 6 mai

01/05/2012 03:04 EDT | Actualisé 01/07/2012 05:12 EDT

PARIS - Renvoyant dos à dos les deux finalistes du second tour de la présidentielle française, Marine Le Pen a confirmé mardi qu'elle annulerait son vote le 6 mai. La présidente du Front national a toutefois pris soin de laisser ses 6,4 millions d'électeurs, enjeu central de l'élection, libres de leur choix.

«Dimanche, je voterai blanc», a déclaré l'ex-candidate à l'Elysée, auréolée par son score historique de 17,9 pour cent des voix au premier tour du 22 avril.

«Je n'accorderai donc ni confiance ni mandat à ces deux candidats qui, pour l'un, cherche à faire gagner la droite, pour l'autre, cherche à faire gagner la gauche, mais s'ingénient tous les deux depuis 30 ans à faire perdre la France», a-t-elle martelé, dénonçant les «assauts de tendresse» de Nicolas Sarkozy et de François Hollande entre les deux tours de la présidentielle.

Ce non-choix est devenu une tradition au Front national. À l'exception de l'élection de 2002, où il était présent au second tour, Jean-Marie Le Pen s'était toujours abstenu de donner des consignes de vote pour l'un ou l'autre des finalistes.

Toutefois, a souligné sa fille, aujourd'hui à la tête du Front national, «chacun fera son choix en son âme et conscience, selon sa sensibilité».

«En quelques jours seulement, tout aurait changé», a-t-elle relevé en référence aux appels du pied plus ou moins appuyés des deux candidats du second tour. «Ceux qui, durant des mois, des années, nous ont traîné dans la boue (...) auraient en quelques jours totalement changé...»

«La nation, les frontières, la régulation de l'immigration, le refus des plans d'austérité, la présomption de légitime défense pour la police, la lutte contre la fraude, la lutte contre le détournement de nos prestations sociales, le protectionnisme, tout cela trouverait grâce à leurs yeux», a-t-elle ironisé.

«Quel effet cela vous fait-il, mes chers amis, de passer du rôle d'idiot qui vote pour Marine Le Pen à celui d'arbitre de l'élection présidentielle?», a-t-elle lancé. «Quel effet cela fait-il d'être passé du statut de facho raciste et xénophobe à celui de Français ayant de vraies préoccupations?».

Son discours a été très bien reçu par ses sympathisants, venus en grand nombre sous un soleil radieux. «Pour moi, Marine, c'est l'espoir», a confié un ancien enseignant, qui a néanmoins affirmé conserver son «libre arbitre, comme en religion».

«Marine, c'est la solution pour remettre la France sur les rails», a estimé Michel, un membre du parti en Lorraine.

«J'ai voté Sarkozy il y a cinq ans. Hollande, j'en attends rien. Quelle différence entre les deux?», a renchéri un militant alsacien.

PLUS:pc