NOUVELLES

L'ambassadeur du Soudan du Sud à Khartoum dénonce des enlèvements

01/05/2012 06:56 EDT | Actualisé 01/07/2012 05:12 EDT

L'ambassadeur du Soudan du Sud à Khartoum a dénoncé dans un entretien à l'AFP le sort de jeunes Sud Soudanais enlevés au Soudan par des bandes armées et envoyés au front selon lui, notamment dans la zone pétrolière disputée d'Heglig.

Kau Nak indique recevoir quotidiennement des appels de Sud Soudanais ayant besoin d'aide ou dénonçant des enlèvements de jeunes qui sont ensuite enrôlés de force du côté soudanais.

Selon lui, des Sud Soudanais armés, dont certains combattent les autorités de Juba, kidnappent leurs concitoyens sur le sol soudanais. L'un d'entre eux, qui a réussi à fuir, a raconté avoir été contraint de se battre au côté d'une milice soudanaise.

Certains peuvent payer une rançon pour être relâchés, mais d'autres "sont amenés au front", explique M. Nak.

Très récemment, il raconte avoir reçu un appel faisant état d'une personne enlevée sur le marché de Souk Arabi à Khartoum. "Jusqu'à présent nul ne sait où cette personne se trouve. Cela arrive tous les jours à des Sud Soudanais", indique-t-il.

Le nombre d'enlèvement est difficile à évaluer, selon M. Nak. Ce dernier travaillait dans le forage d'eau avant de rejoindre les services diplomatiques du Sud après l'accord de paix de 2005 qui avait mis fin à 22 ans de guerre civile et conduit à l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011.

"Certaines (des personnes enlevées) ont été engagées dans le conflit en cours à Heglig, apparemment certaines ont réussi à s'enfuir, d'autres sont mortes", dit-il, relayant des témoignages recueillis auprès de proches.

La région disputée d'Heglig a été récemment au coeur des plus violents affrontements entre les deux voisins soudanais depuis la partition du pays en juillet 2011. Le 20 avril, Khartoum avait repris cette zone que Juba avait conquise dix jours plus tôt.

Les deux Soudans ne parviennent pas à s'entendre notamment sur le tracé de la frontière et le partage des revenus pétroliers, et s'accusent mutuellement de soutenir des groupes rebelles sur leur territoire.

it/sw/cnp

PLUS:afp