NOUVELLES

Sept personnes, dont une femme et ses trois enfants, tuées à Bagdad

30/04/2012 01:54 EDT | Actualisé 30/06/2012 05:12 EDT

Des violences ont fait sept morts lundi à Bagdad, dont une mère et ses trois enfants poignardés à mort à leur domicile et un major de l'armée tué par une bombe, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Cette femme, son fils de 13 ans et ses deux filles de 7 et 5 ans, ont été tués lundi matin dans le quartier de Kamaliyah, dans l'est de la capitale irakienne, ont indiqué des sources médicales et des services des sécurité.

Le père de famille, employé du ministère de la Santé, était absent du domicile.

Le mobile de ce quadruple homicide, commis dans un quartier majoritairement chiite, restait inconnu mais ne semblait pas être lié à l'appartenance religieuse, a indiqué une source au ministère de l'Intérieur.

Quelques jours auparavant, une mère de famille sunnite et ses trois enfants avaient été abattus, apparemment pour des motifs religieux, dans un village du centre de l'Irak après l'explosion de deux bombes qui avait tué huit personnes, majoritairement chiites.

A Bagdad lundi, l'explosion d'une bombe magnétique placée sur une voiture a par ailleurs tué deux personnes et blessé cinq autres dans le quartier commerçant de Karrada (centre).

Les victimes étaient toutes civiles, selon les sources médicales et des services de sécurité.

Au sud de Bagdad, une autre bombe magnétique placée sur une voiture a explosé à Latifiyyah tuant un officier de l'armée, Qaïs Saadoune, et blessant deux soldats, a indiqué un responsable au ministère de l'Intérieur.

Les violences en Irak ont reculé depuis le pic de 2006 et 2007 mais les attaques restent courantes dans le pays et ont tué 112 personnes en mars, selon les chiffres du gouvernement.

psr/wd/feb/jt

PLUS:afp