NOUVELLES

Nicolas Sarkozy admet une confusion sur l'agenda de François Hollande le 1er mai

30/04/2012 03:12 EDT | Actualisé 30/06/2012 05:12 EDT

PARIS - Nicolas Sarkozy a semblé découvrir lundi matin que François Hollande commémorerait la mort de l'ex-Premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy ce mardi 1er mai. Le président-candidat a reproché à plusieurs reprises à son adversaire socialiste d'avoir l'intention de défiler "derrière les drapeaux rouges de la CGT" pour la fête du travail.

François Hollande a qualifié cette critique de "non-sens" et souligné que le 1er mai était une "fête républicaine" de "tous les travailleurs".

"M. Hollande défilera derrière les drapeaux rouges de la CGT, et moi je parlerai devant une forêt de drapeaux tricolores, chacun son choix", a déclaré lundi Nicolas Sarkozy dans l'émission "Les quatre vérités" sur France-2.

Le président-candidat répétait là une comparaison qu'il avait déjà utilisée à plusieurs reprises au cours de la semaine écoulée, notamment lors de ses meetings. Au lendemain du 1er tour de la présidentielle, il avait annoncé qu'il organiserait une fête dédiée au travail le 1er mai. Le rassemblement doit avoir lieu mardi place du Trocadéro à Paris.

Informé par le journaliste que François Hollande se trouverait ce jour-là à Nevers pour commémorer la mort de Pierre Bérégovoy, l'ex-Premier ministre socialiste qui s'était suicidé le 1er mai 1993, Nicolas Sarkozy a répondu: "Pierre Bérégovoy est un homme parfaitement respectable. Mais il (François Hollande) avait dit qu'il se trouverait avec les syndicats". "Ca avait été annoncé", s'est étonné le candidat UMP.

Si mardi dernier le Parti socialiste a appelé les Français à se joindre "massivement" aux défilés du 1er mai, jamais l'équipe de campagne de François Hollande n'a annoncé la participation du candidat à ces rassemblements.

Nicolas Sarkozy "a dit que j'allais défiler derrière les drapeaux rouges et lui derrière les drapeaux bleu-blanc-rouge, c'est un non-sens", a répondu François Hollande, quelques minutes plus tard sur Europe-1. "C'est une fête républicaine, le 1er mai. C'est celui de tous les travailleurs de France".

"Je fais en sorte, moi, le 1er mai, en l'occurrence, d'aller faire un hommage à Pierre Bérégovoy (à Nevers, NDLR) et d'éviter de faire une réunion de plus le 1er mai", a-t-il rappelé.

Le candidat socialiste a précisé qu'il lui "est arrivé" de participer à des défilés du 1er mai, lorsque des "événements importants" l'ont "justifié", notamment le 1er mai 2002, avant le second tour de la présidentielle entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, "où il y avait eu un très grand rassemblement sur les valeurs de la République".

"Le 1er mai, c'est un moment où les organisations syndicales organisent les cortèges, où ce sont elles qui décident des mots d'ordre -l'emploi, le pouvoir d'achat,...- et ce ne sont pas les partis politiques qui en fixent l'ordre du jour", a-t-il estimé.

Dès jeudi dernier, François Hollande avait annoncé sur France-Info qu'il se rendrait à l'anniversaire de la mort de l'ex-Premier ministre. Son équipe de campagne a confirmé dans un e-mail envoyé à la presse samedi après-midi qu'il passerait sa journée de mardi à Nevers.

PLUS:pc