D'autres fonctionnaires fédéraux risquent de perdre leur emploi

Publication: Mis à jour:
CANADA WAGES INFLATION
Shutterstock

OTTAWA - Quelque 3800 fonctionnaires fédéraux de plus ont été informés que leur emploi est menacé par les coupes annoncées dans le budget fédéral.

Parcs Canada a encaissé le coup le plus dur, lundi, avec plus d'un millier d'employés qui pourraient être visés. Environ 600 postes y seront abolis.

«Les Canadiens doivent s'attendre à moins de services et à des saisons plus courtes dans les parcs nationaux et sur les sites historiques», a déclaré Doug Marshall, président du Syndicat des employés nationaux, qui représente environ 3000 travailleurs de Parcs Canada.

Des emplois sont aussi en jeu au sein d'autres ministères et organismes fédéraux, dont Ressources humaines et Développement des compétences, Affaires autochtones, Bibliothèque et Archives ainsi que Statistique Canada.

Du côté de Transports Canada, les coupes concernent les services de sécurité aérienne et maritime, a révélé Christine Collins, présidente nationale de l'Union canadienne des employés des transports.

«Ces coupes sont faites au nom de l'économie, mais de hauts fonctionnaires du gouvernement recevront de généreuses primes pour les avoir mises à exécution», a affirmé Mme Collins, soutenant que les primes chez Transports Canada atteignaient 3 millions $. «C'est honteux!»

À Services correctionnels Canada, le programme d'examen des griefs des détenus a été supprimé, ce qui pourrait avoir de dangereuses conséquences, d'après John Edmunds, président du Syndicat des employé-e-s du Solliciteur général. «Lorsque les prisonniers se plaignent et que l'on ne les écoute pas, ça cause des problèmes dans les établissements», a-t-il indiqué.

Cette nouvelle survient après que le gouvernement conservateur eut annoncé la fermeture de deux pénitenciers et d'un établissement carcéral psychiatrique.

L'objectif du budget fédéral est d'abolir 19 000 emplois afin d'économiser 5,2 milliards $ durant les trois prochaines années.

Plusieurs fonctionnaires dont le poste est en péril ne se retrouveront pas nécessairement au chômage, puisqu'ils pourront postuler ailleurs dans la fonction publique ou prendre leur retraite.

Jusqu'à maintenant, 12 000 travailleurs dans 40 ministères et organismes ont été avisés que leur emploi était menacé, a révélé John Gordon, président de l'Alliance de la fonction publique du Canada. Il a précisé que certaines abolitions de postes sont en vigueur dès maintenant et que d'autres le seraient en 2013.

Les leaders syndicaux sont à Ottawa cette semaine pour un congrès national et prévoient organiser une importante manifestation sur la colline parlementaire ce mardi.

«Nous sommes devant un gouvernement majoritaire, et nous savons qu'il peut adopter son budget et aller de l'avant avec ces coupes», a expliqué M. Gordon. «Nous voulons être sûrs qu'il ne s'en sortira pas en coupant discrètement, et en espérant que tout le monde aura oublié aux élections de 2015.»

Sur le web

Commission de la fonction publique : Emplois

Est du Québec : les employés fédéraux dans la rue | Est du Québec ...

Des milliers d'autres fonctionnaires apprennent qu'ils risquent de ...

Le secteur privé subira aussi les retombées du budget fédéral

Des milliers de fonctionnaires fédéraux reçoivent un avis ...

Avis aux médias - Travailleurs touchés par les avis envoyés ...

Le climat de travail est lourd chez les fonctionnaires fédéraux

Plus de 5500 postes abolis par le gouvernement Harper

La Défense supprime 1100 postes civils

Budget Flaherty

Budget fédéral : les coupures se précisent