NOUVELLES

Des forces anti-juntes auraient tenté un contre-coup au Mali, selon la junte

30/04/2012 07:25 EDT | Actualisé 30/06/2012 05:12 EDT

BAMAKO, Mali - Des soldats fidèles à l'ancien gouvernement auraient tenté de réaliser un contre-coup d'État au Mali, lundi, a affirmé un porte-parole de la junte militaire du pays.

Selon Bakary Mariko, ces soldats ont tenté de s'emparer du contrôle de l'aéroport, mais la junte militaire comptait bien les en empêcher, a-t-il fait savoir, ajoutant que les forces anti-juntes pouvaient compter sur le soutien des mercenaires de la région.

M. Mariko a ajouté que l'objectif d'une telle action était de permettre aux troupes de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEEAO) d'entrer au pays.

Il y a environ un mois, un groupe de soldats a renversé le président du Mali, élu démocratiquement. Depuis, le capitaine Amadou Sanago, leader de la junte, a signé un pacte avec le CEEAO afin de réinstaurer l'ordre constitutionnel. En vertu de cette entente, la junte assurait un rôle de supervision dans la transition.

Fela Ba, un témoin des affrontements, dit avoir vu un imposant convoi de véhicules militaires se diriger vers la ville de Kati, tout juste à l'extérieur de Bamako, où la junte a établi ses quartiers généraux.

Des témoins ont rapporté avoir vu des combats entre les forces pro et anti-juntes à Bamako, la capitale du Mali.

Bakary Doucoure, un autre témoin oculaire, a fait état de combats, lundi, autour de l'édifice qui abrite le diffuseur national du Mali, et que des ambulances avaient été dépêchées sur les lieux. La junte militaire a pris le contrôle des installations du diffuseur depuis le coup du 21 mars dernier.

Yaya Konate, le directeur du bureau du diffuseur, a confié que les troupes étaient arrivées vers 18 h 30, avaient tiré des coups de feu dans les airs et ordonné aux employés sur place de quitter les lieux. Il a ajouté que les soldats ayant pris contrôle de l'édifice faisaient partie d'un groupe connu sous le nom de Bérêts Rouges.

PLUS:pc