NOUVELLES

DEC à Laval et Longueuil: des fermetures qui n'ont aucun sens, dit le NPD

30/04/2012 10:01 EDT | Actualisé 30/06/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le NPD dénonce la fermeture des bureaux de Développement économique Canada à Longueuil et Laval et craint que cela entraîne des délais pour les PME qui ont besoin d'aide, voire que cela empêche carrément la réalisation de certains projets.

Des députés du Nouveau Parti démocratique ont rencontré la presse, lundi à Longueuil, pour décrier cette décision de fermeture, annoncée par le gouvernement Harper.

La décision de fermer ces bureaux de la banlieue montréalaise a été prise à la suite du budget Flaherty, qui commandait des compressions de 7,4 millions $ pour l'année financière 2012-2013 dans le budget de Développement économique Canada pour les régions du Québec, puis 26,7 millions $ en 2013-2014 et 28,1 millions $ en 2014-2015.

En entrevue, le député néo-démocrate de Compton-Stanstead, Jean Rousseau, a dit croire que cette fermeture ne suit aucune logique.

«On trouve que c'est vraiment déplacé, parce qu'il y avait un bon service efficace dans ces bureaux. Ce sont des coupures qui n'ont pas de sens, parce que les projets qui sont subventionnés, où il y a des prêts garantis, des prêts sans intérêts pour développer des emplois, les retombées économiques sont largement supérieures aux montants qui sont coupés», a fait valoir M. Rousseau.

Le député néo-démocrate, qui est porte-parole de son parti pour ce dossier, affirme que ces fermetures risquent de nuire au développement économique de l'ensemble des couronnes nord et sud de Montréal.

«Ce n'est pas un bon choix parce que ça veut dire des coupures dans des bureaux qui desservaient toute la Rive-Sud et toute la Rive-Nord, au niveau des projets d'employabilité, de maintien des services à la communauté avec les organismes à but non lucratif, des projets dans le tourisme, auprès des PME et des travailleurs autonomes. Nous, on trouve que c'est un très mauvais choix, parce que là, on va avoir un bureau central qui va desservir près de la moitié de la population au Québec», dénonce M. Rousseau.

Il souligne que 15 emplois à plein temps seront touchés à Longueuil et une quarantaine à Laval, mais il ignore combien de ces postes seront abolis et combien seront transférés au bureau de Développement économique Canada au centre-ville de Montréal.

Selon lui, à Longueuil seulement, «plus de 100 projets sont dans les mains des fonctionnaires du bureau qui va être fermé» et devront être transférés aux fonctionnaires de Montréal. Or, ce bureau montréalais est «déjà fort occupé», rapporte M. Rousseau.

Il s'ensuivra donc des délais pour les petites et moyennes entreprises. «Quand il y a une fenêtre de lancement pour une entreprise, s'il y a un délai plus grand, eh bien ça peut mettre un terme au projet de développement», affirme le député néo-démocrate.

Ministre rassurant

Le ministre responsable de ce dossier, Denis Lebel, a assuré que la décision de «créer un nouveau bureau qui couvre tout le territoire du Grand Montréal, incluant la Rive-Nord et la Rive-Sud, s'est prise en pensant tout d'abord à l'intérêt des entrepreneurs», contrairement à ce qu'affirment les députés néo-démocrates.

«Le travail des conseillers ne change pas. C’est seulement le lieu géographique où est situé leur bureau, qui passe de Longueuil ou Laval vers le centre-ville de Montréal, qui est modifié. Ils vont continuer d'être tout aussi présents sur le terrain qu'ils le sont actuellement», a-t-il assuré.

Le ministre a soutenu qu'aucun dossier ne serait abandonné.

PLUS:pc