Le président de l'association péquiste de Groulx nie d'éventuelles tensions

 |  Par Publication: 30/04/2012 12:36 Mis à jour: 30/04/2012 13:29

Le président de l'association péquiste de la circonscription de Groulx, dans la couronne nord de Montréal, nie catégoriquement une quelconque division au sein de l'association locale. Mario Charron confirme toutefois qu'il se présente à l'investiture locale du Parti québécois (PQ), tout comme le président du parti Raymond Archambault, comme l'a exposé La Presse.

« L'exécutif n'a jamais rejeté la candidature de personne et il travaillera avec le candidat qui l'emportera, peu importe l'identité du vainqueur », explique M. Charron. Il ajoute que chacun des membres de l'exécutif prendra une position personnelle et individuelle sur le candidat à appuyer en prévision de l'investiture.

M. Charron soutient qu'il n'y a aucune animosité entre lui et M. Archambault. « Je l'inviterai à mon bureau même s'il remporte l'investiture et j'espère qu'il fera la même chose pour moi », poursuit-il. « C'est M. Archambault qui a dit qu'il était le poulain de Mme Marois, il n'y a personne qui m'a appelé pour me dire qu'il était le candidat de Mme Marois. »

Le militant péquiste de longue date souligne que l'association locale de Groulx a fait des professions de foi envers la chef Pauline Marois trois fois au cours des dernières années. « Ce n'est pas moi qui vais commencer à diviser l'association de Groulx ou le parti », explique M. Charron.

L'entourage du député visé par des allégations

L'homme de 48 ans a pris la présidence de la circonscription en 2010 alors que le contexte était difficile en raison des allégations entourant l'actuel député de la circonscription René Gauvreau. « Il n'y avait plus que trois personnes à l'exécutif de l'association », précise M. Charron. Il est donc hors de question pour lui de causer le moindre tort à son parti maintenant que la situation est redressée.

L'actuel député péquiste, René Gauvreau, ne se représentera pas au prochain scrutin pour des raisons personnelles. M. Gauvreau a été écarté du caucus péquiste pendant près d'un an et une enquête pour fraude vise un ancien adjoint politique.

L'imbroglio survient à un moment où le PQ bénéficie d'une unité retrouvée. Le parti a été secoué par des crises de leadership l'an dernier.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Patrick White  |