Un journaliste français porté disparu en Colombie après une attaque des FARC

CP  |  Par Publication: 29/04/2012 06:50 Mis à jour: 2/05/2012 10:26

BOGOTA - Un journaliste français correspondant en Colombie de la chaîne France 24, Roméo Langlois, a été enlevé à l'occasion d'affrontements entre les services de sécurité colombiens et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) samedi dans le sud du pays, a-t-on appris dimanche auprès du ministère français des Affaires étrangères.

D'après le ministère colombien de la Défense à Bogota, trois soldats et un policier ont été tués samedi lors de l'attaque des FARC. Roméo Langlois, précise-t-on de même source, accompagnait pour un reportage une unité des forces colombiennes lors d'une opération anti-drogue dans le département de Caqueta (sud), qui a permis de démanteler cinq laboratoires de fabrication de cocaïne.

De "violents combats" ont alors éclaté avec les guerilleros, au cours desquels quatre membres des forces de sécurité ont été tués et six autres blessés. Quatre soldats et un policier, initialement portés disparus, ont par la suite été retrouvés, dont deux sont blessés, a-t-on ajouté à Bogota.

Le journaliste français âgé de 35 ans, quant à lui, "a été enlevé à l'occasion d'un affrontement entre les troupes colombiennes et les FARC", a déclaré le ministère français des Affaires étrangères, citant le chef de la diplomatie Alain Juppé. Le ministère n'a pas fourni de plus amples détails. "On reste très prudent dans toutes les affaires d'otages pour des raisons de securité", a noté le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal.

La direction de France 24 a, elle, annoncé mettre "tout en oeuvre", en coordination avec le Quai d'Orsay et les autorités colombiennes, pour "obtenir d'autres informations sur le sort de son journaliste".

"Nous savons que c'est une région dangereuse. Nous sommes bien sûr inquiets, mais nous faisons confiance à Roméo qui connaît bien le terrain et qui a beaucoup d'expérience. Nous espérons donc qu'il est sain et sauf. Nous sommes en contact permanent avec sa famille", ajoute France 24.

Journaliste indépendant, Roméo Langlois, qui réside en Colombie, collabore notamment pour France 24. Il a réalisé de nombreux reportages d'investigation dans la région, et particulièrement sur la guérilla marxiste des FARC dont il est l'un des spécialistes.

Les FARC, fondées en 1964, comptent 8000 combattants. Le mouvement a libéré début avril ses derniers "prisonniers politiques", des policiers et militaires détenus depuis 12 à 14 ans, et annoncé avoir renoncé aux enlèvements contre rançon.

Le trafic de cocaïne est la principale source de financement du mouvement de guérilla, soumis à une forte pression de l'armée colombienne. Le président Juan Manuel Santos avait salué début avril la libération des otages comme un "pas dans la bonne direction", mais encore insuffisant.

Il avait ajouté qu'y voir la promesse de l'ouverture de négociations de paix relevait d'une "pure spéculation" et que les FARC devaient prouver que la page des prises d'otages était tournée. De nombreux analystes estiment qu'il faudra attendre l'élection présidentielle de 2014 pour d'éventuels pourparlers de paix.

"Quand le gouvernement estimera qu'il existe des conditions et garanties suffisantes pour entamer un processus destiné à mette fin au conflit, le pays le saura", avait notamment lancé M. Santos.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Julie Marcil  |