Huffpost Canada Quebec qc

La Ville de Québec doit réembaucher 162 cols bleus mis à pied illégalement

Publication: Mis à jour:
REGISLABEAUME
Le maire de Québec, Régis Labeaume. (Photo PC) | PC

QUÉBEC - La Commission des relations du travail ordonne à la Ville de Québec de réintégrer les 162 travailleurs qu'elle a mis à pied de manière illégale le 17 avril dernier.

La Commission impose également à la Ville de verser aux cols bleus des indemnités équivalentes aux salaires qu'ils n'ont pu toucher.

Dans sa décision rendue jeudi, la commissaire Anne Parent indique que la Ville a procédé à un lock-out illégal. Elle estime que la décision de l'administration du maire Régis Labeaume de licencier ces employés était directement liée au vote de grève que le syndicat a tenu cette journée-là.

Les travailleurs se sont d'ailleurs prononcés en faveur d'un mandat de grève dans une proportion de 98 pour cent. Les 1350 cols bleus de la Ville de Québec sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2010.

La Commission ajoute que la mise à pied de 162 employés a causé un préjudice à l'endroit de la population, qui ne pouvait bénéficier des services auxquels elle a droit. Les cols bleus qui ont été mis à pied étaient affectés aux travaux publics et aux loisirs.

Le président du syndicat des employés manuels de la Ville de Québec, Marc-André Dufour, s'est dit soulagé de la décision de la Commission. «Du jour au lendemain, 162 travailleurs ont été mis à pied alors qu'ils avaient un horaire de travail et un salaire garantis», a-t-il dénoncé.

La Ville dispose de huit jours pour réintégrer les travailleurs et leur verser des indemnités.

Même si le climat de travail risque d'être encore plus tendu, le président du syndicat dit ne pas vouloir sombrer dans une guerre ouverte avec la Ville. «C'est le registre de M. Labeaume, les attaques et les grossièretés», a-t-il lancé.

Les négociations entre les deux parties sont interrompues depuis le 12 avril. Le syndicat avait alors mis la main sur une note interne du directeur général de la Ville annonçant d'importantes compressions.

Parmi les principaux enjeux des négociations figurent la charge de travail, le rappel des auxiliaires, les horaires et les salaires.

Sur le web

Les cols bleus de Québec votent à 98 % pour un mandat de grève ...

Syndicat des cols bleus regroupés

Québec - Les cols bleus crient au «lockout illégal» | Le Devoir

Les cols bleus de Québec disent oui

Cols bleus de Québec: vote d'appui à un mandat de grève à 98 pour ...

Victoire des cols bleus devant la Commission des relations du travail

Les cols bleus appuient la grève à 98%

Les cols bleus de Québec se dotent d'un mandat de grève

Le syndicat conteste les mises à pied devant le tribunal

«Un lock-out déguisé», selon le syndicat

Négociations rompues