Joe Biden fustige la politique étrangère prônée par Mitt Romney

Publication: Mis à jour:
BIDEN ROMNEY
Getty

Le vice-président américain Joe Biden a dénoncé jeudi la politique étrangère prônée par le candidat républicain à la présidence Mitt Romney, affirmant que les Etats-Unis ne pouvaient se permettre un "retour en arrière" qui isolerait "l'Amérique plutôt que (ses) ennemis".

Il a à l'inverse fait l'éloge du bilan de Barack Obama, le résumant en quelques mots : "Oussama ben Laden est mort et General Motors est vivant".

Dans sa première intervention de politique étrangère depuis qu'il s'est lancé dans la campagne pour la réélection de Barack Obama, M. Biden n'a pas mâché ses mots contre M. Romney, associant sa vision en politique étrangère à celle de George W. Bush.

M. Romney, probable adversaire républicain de M. Obama lors de la présidentielle, "compte sur l'amnésie collective du peuple américain. Mais les Américains savent que nous ne pouvons pas nous permettre de retourner vers le passé. Retourner à une politique étrangère où l'Amérique irait seule (...) criant au monde: +vous êtes soit avec nous, soit contre nous (...) on tire d'abord et on se pose les questions difficiles après, si on se les pose+. On isole l'Amérique plutôt que nos ennemis", a ajouté le vice-président qui s'exprimait à l'Université de New York.

Et il a dénoncé cette vision du monde "à travers le prisme de la Guerre Froide, complètement déconnectée de la réalité du XXIe siècle".

"Il y a trois ans et demi, quand le président Obama et moi avons pris nos fonctions, notre pays était engagé dans deux guerres (...). Al-Qaïda était sur le rebond et Oussama ben Laden en cavale. Nos alliances étaient dangereusement tendues, et notre économie --fondement de notre sécurité-- était au bord d'une nouvelle dépression", a déclaré M. Biden.

"Le président Obama a agi immédiatement pour mettre un terme à la guerre en Irak. Il a défini une stratégie claire et fixé une date de fin pour la guerre en Afghanistan (...) il a restauré nos alliances et la place de l'Amérique dans le monde. Et il a sauvé notre économie de l'effondrement avec des décisions très impopulaires mais audacieuses, dont le sauvetage de l'industrie automobile".

"Si l'on devait résumer sur un autocollant ce qu'il a fait à partir de ce dont nous avions hérité, c'est assez simple: +Oussama ben Laden est mort, et General Motors est vivant+", a ajouté le vice-président qui a opposé la "vision claire" du président Obama, aux positions selon lui changeantes et dépassées de Mitt Romney.

"La politique de sécurité nationale du gouverneur Romney nous renverrait vers le passé alors que nous avons tellement travaillé pour en sortir. A cet égard, ce n'est pas différent de ce qu'il a proposé pour notre économie - le retour à des politiques qui ont échoué et ont créé le désastre dont le président Obama nous a sortis", a-t-il ajouté.

Et pour faire bonne mesure, l'équipe d'Obama a également publié jeudi une nouvelle vidéo, opposant des déclarations de Mitt Romney, très critiques sur la politique étrangère de Barack Obama, à certaines des déclarations - inverses- du président.

"Mitt Romney continue à déformer la réalité", précise l'équipe de campagne de Barack Obama.

bd/gde

Sur le web

anniversaire encombrant pour Obama et Romney

Romney: le frère de Bush vice-président?

Mitt Romney à la recherche du vice-président idéal

Le camp Obama attaque Mitt Romney sur la justice fiscale

Primaires républicaines: le Wisconsin pourrait sceller mardi la ...

Barack Obama publie sa feuille d'impôt et met au défi Mitt Romney

USA: Jeb Bush candidat à la vice-présidence

Impôts: les Américains ne veulent pas être pris pour des "gogos ...

Le duel Obama-Romney a commencé