Sidney Crosby défend sa décision de ne pas aller au championnat du monde

CP  |  Par Publication: 24/04/2012 19:52 Mis à jour: 25/04/2012 15:12

PITTSBURGH, États-Unis - Sidney Crosby a défendu sa décision de ne pas représenter le Canada au Championnat du monde de hockey, ajoutant qu'il devait profiter de l'été pour se préparer pour la saison prochaine après avoir été ennuyé par une commotion cérébrale l'an dernier.

Alors que son coéquipier chez les Penguins de Pittsburgh Evgeni Malkin a dit qu'il revêtirait l'uniforme de la Russie — «Je n'ai pas vraiment le choix», a dit Malkin — Crosby a décliné l'invitation de Hockey Canada afin de représenter l'unifolié à Helsinki et Stockholm du 4 au 20 mai prochain.

«Normallement, j'accepterais sans hésiter, mais ce n'est pas une situation ordinaire et je n'essaie pas de me cacher en refusant d'aller au mondial, a expliqué Crosby. J'adore jouer pour Équipe Canada.»

Crosby s'est dit surpris quand il a appris que certains Canadiens étaient fâchés par sa décision. La dernière fois qu'il a représenté son pays, c'était aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010, quand il avait inscrit le but gagnant en prolongation lors de la finale contre les États-Unis.

«Tous ceux qui doutent de moi présentement ne me connaissent pas ou ne réfléchissent pas vraiment, a ajouté Crosby. Honnêtement, je n'ai rien à dire par rapport à ça.»

Étant donné qu'il a raté beaucoup de parties au cours des deux dernières saisons en raison de problèmes liés à une commotion cérébrale — 101 matchs en plus des éliminatoires en 2011 — Crosby a dit qu'il était important pour lui d'être en santé et de profiter de l'été pour retrouver sa routine. Il n'a pas disputé une saison complète dans la LNH depuis la campagne 2009-2010.

«Je me sens bien. Toutefois, la dernière année et demie a été difficile, a-t-il admis. J'ai eu de la difficulté à rester en santé. Je crois que la meilleure chose pour moi est de profiter de l'été en entier pour me préparer à disputer une saison complète.»

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |