Les rencontres de Claude Dauphin

RCQC  |  Publication: 24/04/2012 06:39 Mis à jour: 24/04/2012 21:32

Radio-Canada a appris de nouvelles informations sur le maire de Lachine, Claude Dauphin, à qui l'administration Tremblay n'a pas redonné le siège de président du conseil municipal, à la suite d'un rapport du contrôleur général.

M. Dauphin a admis au journaliste Alain Gravel, de l'émission Enquête, avoir rencontré plusieurs fois à son bureau un homme d'affaires proche de la mafia, Tony Maggi.

C'est en compagnie d'autres fonctionnaires que ces rencontres ont eu lieu, selon M. Dauphin. Elles portaient notamment sur un projet de construction résidentielle.

Victime d'un enlèvement en 2005 puis d'un attentat en 2008, Tony Maggi a été arrêté en 2010 en possession d'armes à feu. Sa conjointe a elle aussi échappé à un attentat en 2011.

Tony Maggi a également été associé en affaires avec Nick Rizzuto Jr, tué par balle en décembre 2009 en pleine rue, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal.

Claude Dauphin, qui ferait également l'objet d'une enquête par le contrôleur de la Ville pour favoritisme, aurait été photographié avec Michael Strizzi, un autre homme proche des Rizzuto et de la mafia.

Ce serait sur la base de cette photographie que le maire de Montréal, Gérald Tremblay, aurait décidé de ne pas renommer Claude Dauphin au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Le maire Gérald Tremblay, tout en admettant qu'un contrôleur se soit intéressé à l'arrondissement de Lachine que dirige Claude Dauphin, est resté muet sur le motif de cette enquête.

M. Dauphin poursuit la Ville de Montréal pour espionnage de ses courriels et exige sa réintégration au conseil exécutif comme président.

Claude Dauphin se défend

Invité du Téléjournal Grand Montréal, Claude Dauphin a tenu à préciser qu'il avait reçu Tony Maggi en sa qualité d'entrepreneur qui construisait partout dans la région métropolitaine, et qu'il ne connaissait pas alors ses liens avec la mafia.

Lorsqu'il l'a reçu de nouveau après sa tentative d'assassinat en 2008, l'affaire était de notoriété publique et il n'avait pas à appeler les policiers.

Il a également soutenu que le projet engagé avec sa municipalité était achevé à 90 % et qu'il n'avait aucun motif de mettre un terme au contrat qui avait été respecté.

« À ma connaissance, il n'y a jamais eu d'allégations ou de manquements à ses obligations comme entrepreneur. » - Claude Dauphin, maire de Lachine

Pour ce qui est de la photographie, M. Dauphin affirme ne pas connaître Michael Strizzi, réputé proche de la mafia.

Le maire de Lachine affirme avoir contacté le Service de police de la Ville de Montréal, qui l'avait informé qu'il avait été pris en photo avec un individu lié à la mafia et que le dossier était clos.

Quant au rapport du contrôleur général de la Ville, Claude Dauphin soutient qu'on lui a refusé la possibilité de le rendre public. Il aurait même reçu un avis lui interdisant de le rendre public, sous peine d'amende.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |