La CLASSE réitère qu'elle veut participer aux négociations avec Québec

Publication: Mis à jour:
Gabriel Nadeau-Dubois.
Gabriel Nadeau-Dubois.

(Radio-Canada.ca) - La Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) demande à nouveau d'être invitée aux négociations avec la ministre de l'Éducation du Québec Line Beauchamp.

En conférence de presse, lundi matin, les porte-parole de la CLASSE ont soutenu qu'ils avaient « condamné » la violence, comme le réclamait le gouvernement, et qu'ils peuvent donc participer aux négociations.

La CLASSE dit qu'à défaut d'être invitée, elle acceptera la proposition de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), qui a proposé d'inclure deux délégués de la Coalition au sein de sa propre délégation.

La CLASSE a tout de même élu dimanche un comité de négociations, qui a pris la route de Québec pendant la nuit, afin d'être prêt à participer aux négociations.

Condamnation de la violence physique délibérée

Réunie en congrès dimanche à Montréal, la CLASSE a adopté une résolution qui condamne toute violence physique délibérée commise lors de manifestations.

« Depuis quelques semaines, des actions inacceptables ont été posées, que ce soit par des étudiants et des étudiantes ou par d'autres personnes. Il est inadmissible que l'intégrité physique de citoyens et de citoyennes soit mise en danger, notamment ceux et celles qui se rendent au travail. Le mouvement étudiant désire lutter avec la population et non contre elle », ont déclaré par voie de communiqué les deux porte-parole de la CLASSE, Jeanne Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois.

En entrevue exclusive à Radio-Canada, M. Nadeau-Dubois a précisé que la CLASSE juge toujours légitimes des actions de désobéissance civile comme les manifestations, les occupations symboliques de lieux comme des bureaux de député, ou encore le blocage de lieux.

« On croit notamment que c'est grâce à cette pression-là que le gouvernement est pressant de dialoguer avec nous », a-t-il fait valoir, ajoutant que mis à part la violence physique délibérée, tout sera jugé aux cas par cas par les porte-parole.

Cette condamnation était la condition posée par la ministre de l'Éducation Line Beauchamp pour accepter la Coalition à la table des discussions, aux côtés de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ).

La présidente de la FEUQ, Martine Desjardins, a d'ailleurs salué la décision : « On juge que c'est tout à fait suffisant. On espère que le cabinet de la ministre va appeler rapidement la CLASSE ».

La CLASSE avait jusqu'ici toujours refusé de condamner les actes de vandalismes et de violences, leurs porte-parole disant ne pas disposer du mandat pour le faire.

La FECQ force le jeu

Cette décision intervient quelques heures après l'annonce par la FECQ qu'elle était prête à entamer des discussions avec Québec, sans la CLASSE, si elle s'obstinait à ne pas condamner les actes de violence commis lors de manifestations étudiantes.La FECQ, réunie dimanche en assemblée, en Montérégie, avait adopté une résolution allant en ce sens.

« La résolution exige la participation de la CLASSE, mais à condition qu'elle condamne la violence. » — Léo Bureau-Blouin
« On pense qu'il est important que tous soient unis, mais si une association décide elle-même de s'exclure du processus de discussion en ne condamnant pas les actes de violence, nos associations nous ont demandé d'entamer un premier processus de discussion pour voir ce que la ministre de l'Éducation avait à offrir et de quelle façon on peut dénouer l'impasse », expliquait plus tôt dimanche le président de la FECQ.

Le co-porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, s'était alors désolé de la nouvelle position de la FECQ. Il y voyait une erreur stratégique :

« C'est un affront et ça vient diviser le mouvement étudiant. Je crois que ça joue le jeu de la ministre, le jeu qu'elle voulait jouer en lançant ce fameux débat sur la condamnation. Malheureusement, il semblerait que la FECQ est tombée dans le panneau. C'est très dommage. »

Sur le web

La CLASSE rejetée d'une éventuelle table de négociations ...

La ministre Line Beauchamp rencontrera au moins la FEUQ et la ...

Table de négociation: la FEUQ offre des places à la CLASSE ...

La CLASSE ne condamne pas | Éducation | Actualité | Le Journal de ...

Rencontre avec la ministre Beauchamp : la CLASSE s'apprête à réagir

La CLASSE s'apprête à répondre à la ministre Beauchamp

Questions au porte-parole de la CLASSE