La CAQ en congrès à Victoriaville: la lutte contre le cynisme

Publication: 21/04/2012 09:47 Mis à jour: 21/04/2012 17:23

VICTORIAVILLE, Qc - Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a qualifié samedi le congrès de fondation de sa formation politique de moment historique pour le Québec.

M. Legault s'est adressé aux quelque 600 militants réunis à Victoriaville, samedi matin, pour leur dire que leur seule présence était la plus belle démonstration de lutte au cynisme ambiant envers la classe politique.

Il s'est dit confiant de gagner la bataille contre le cynisme avec son nouveau parti, qui doit mettre les bouchées doubles pour espérer être prêt lors du déclenchement des prochaines élections générales, qui peut survenir à tout moment.

D'ici la fin de la journée, après seulement quelques heures de débats, une nouvelle étape sera franchie avec l'adoption du programme, à partir de 59 résolutions calquées sur le plan d'action annoncé à l'automne par le chef.

Les militants doivent se prononcer, notamment sur la pertinence _ souhaitée par l'ancienne aile adéquiste _ d'envisager de permettre aux médecins de pratiquer à la fois dans le secteur privé et dans le secteur public. Un gouvernement caquiste verrait à mettre sur pied un projet-pilote en ce sens, alors que les adéquistes voulaient une ouverture bien plus grande au privé.

Les militants se prononceront aussi sur le recours au vote à scrutin secret pour l'accrédiation syndicale des travailleurs et lors de votes de grève.

Ils doivent aussi confirmer l'abolition des commissions scolaires, de même que l'aboliton du cours Éthique et culture religieuse au primaire, ce qui dégagerait plus d'heures à consacrer à l'enseignement du français et des mathématiques.

Dans son discours, en matinée, la présidente du parti, Dominique Anglade, a récupéré l'incident survenu la veille au Palais des Congrès, à Montréal, alors que le premier ministre Jean Charest a tenu des propos controversés. Elle a dit que son chef, François Legault, avait «beaucoup d'humour, quand c'est le temps».

M. Charest a suscité de vives critiques des étudiants et des partis d'opposition en ayant recours à l'humour pour conclure des violentes manifestations à l'extérieur que «les gens courent de partout pour entrer» et qu'on pourrait leur offrir un emploi, dans le Nord si possible».

M. Legault avait réagi en disant que M. Charest était un «gars» qui n'avait plus «la légitimité» pour diriger le Québec.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Myriam Lefebvre  |