L'intervention policière de jeudi à l'UQO dénoncée

Publication: Mis à jour:

Les cours sont annulés jusqu'à lundi inclusivement à l'Université du Québec en Outaouais (UQO), malgré le fait que l'institution soit visée par un ordre de la Cour lui intimant de reprendre ses activités.

La direction a fait savoir qu'elle suspendait tous ses cours aux pavillons Lucien-Brault et Alexandre-Taché pour des «raisons de sécurité» motivées par les «évènements survenus au campus de Gatineau» jeudi.

Depuis le début de la semaine, les grévistes défient sans relâche l'injonction accordée la semaine dernière. Plus de 300 personnes ont été arrêtées au cours des deux derniers jours.

Sur les réseaux sociaux, certains témoignages circulent concernant la violence de l'intervention policière de jeudi. Une mère de famille présente sur place, Suzanne Bilodeau, a tweeté le fil des événements de même que plusieurs photos.

Sur Facebook, Frédéric Côté-Boudreau raconte qu'ils étaient au moins une trentaine gardés par les policiers, sans accès aux salles de bain. Une étudiante, n'en pouvant plus, aurait tenté d'uriner dans un pot.

« Un policier de l'anti-émeute l'a approchée et lui a demandé de la suivre, écrit-il. Pourquoi? a-t-elle demandé. Il n'a pas répondu, sinon que par la même phrase, avec plus d'insistance: "Suivez-moi, madame." On a trouvé ça raide et bizarre alors on s'est approchés. Le policier l'a prise par le bras et l'a levée de force.»

«Un professeur (si j'ai bien compris), qui était également une personne âgée détenue avec nous pour nous supporter, s'est rué pour défendre l'étudiante. On voulait juste des explications, non de la violence. Mais là, plusieurs policiers de l'anti-émeute, munis de matraques et de boucliers, sont arrivés. L'un d'entre eux a frappé plusieurs fois le professeur, avec la matraque ET avec le bas de son bouclier; ce monsieur a dû subir plusieurs coups au bras et au dos. La femme de ce dernier, qui était aussi avec nous et qui était une personne âgée, s'est rapprochée pour défendre son mari. Elle a été bousculée par terre. Le tout s'est passé si rapidement que nous ne croyons pas que cela a été filmé.»

La scène, dit-il, a provoqué la colère des personnes interpellées sur place, et la tension est restée palpable. Ils ont dénoncé le fait que les policiers aient brutalisé des aînés.

Selon la CLASSE, 168 000 étudiants des cégeps et universités du Québec sont actuellement en grève au Québec. Certains débraient depuis maintenant 10 semaines.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Manifestation à l'UQO
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Mouvement étudiant Plus de 150 arrestations à Gatineau

Journée houleuse: 161 manifestants arrêtés

Étudiants: gaz lacrymogènes contre des manifestants au centre-ville de Montréal

«Shutdown centre-ville» se termine mal

Grèves des étudiants : Marathon de revendications à l'horaire

Grève étudiante : Journée mouvementée en vue

Pas de regrets pour les policiers