Projet de déclaration sur la langue française : de la poudre aux yeux, selon le PQ

Publication: Mis à jour:
 Yves-François Blanchet, porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue, d'immigration et de communautés culturelles. (Photo SRC)
Yves-François Blanchet, porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue, d'immigration et de communautés culturelles. (Photo SRC)

(Radio-Canada.ca)

Le Parti québécois n'est pas impressionné par le projet de déclaration sur la langue française de la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Christine St-Pierre, et déplore l'absence d'une réelle volonté d'agir.

« En lisant ce texte, la première impression qu'on a, c'est que le gouvernement fait enfin une volte-face complète en matière de langue », a estimé jeudi le porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue, d'immigration et de communautés culturelles, Yves-François Blanchet. Il ajoute toutefois que son contenu ressemble à la déclaration de 2008 du gouvernement de Jean Charest, qui n'a d'ailleurs pas été respectée à son avis.

Depuis quatre ans, M. Blanchet observe que le gouvernement n'a pas atteint les objectifs qu'il s'était fixés. Il fait référence aux multiples plaintes et enquêtes à l'Office québécois de la langue française depuis trois ans, au milieu du travail qui s'anglicise, ainsi qu'aux problèmes d'affichage et de francisation des immigrants.

Le nouveau projet de déclaration, intitulé Construire ensemble notre avenir en français, encourage les parties signataires à poser des actions concrètes pour promouvoir le français comme langue commune. M. Blanchet doute toutefois qu'il améliore la situation du français au Québec. « Le gouvernement libéral se contente de déclarations », indique-t-il.

Cette initiative n'est qu'une série de voeux pieux sans grande conséquence, selon Yves-François Blanchet. Il ajoute que le projet de déclaration est une stratégie du gouvernement Charest pour donner l'impression qu'il est préoccupé par la situation du français à Montréal, alors qu'il s'apprêterait à déclencher d'ici quelques semaines une campagne électorale.

Signature de la déclaration

La ministre St-Pierre, responsable de la Charte de la langue française, souhaite que les gens d'affaires, qui se réuniront le 27 avril à Montréal, signent le projet de déclaration pour faire du français la langue de travail au Québec.

Cependant, le gouvernement et le milieu des affaires ne prendront pas d'engagement précis à cette occasion pour imposer le français dans les entreprises où le bilinguisme et même parfois l'unilinguisme anglais sont privilégiés à Montréal.

Projet de déclaration sur la langue française du Parti libéral

|Radio-Canada avec La Presse Canadienne

Sur le web

L'état du français à Montréal inquiète le PQ

Curzi propose une nouvelle Charte de la langue française

Le Parti québécois veut renforcer la loi 101

Pierre Curzi veut durcir la Charte de la langue française

J'habite un quartier plate de Montréal

Français: plus de 40 nouveaux postes à l'OQLF

Francisation: le PQ accuse Québec de détourner les fonds

Le PQ s'inquiète de l'unilinguisme dans un hôpital

Le PQ dénonce «un détournement de fonds publics» pour l ...