Cinéma: les films à l'affiche, semaine du 20 avril 2012

Publication: 19/04/2012 12:36 Mis à jour: 26/04/2012 13:44

Rebelle
Cinéma: les films à l'affiche, semaine du 20 avril 2012.

Place au cinéma! Rebelle, La guerre des boutons, Le porte-bonheur... Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.


  • CHIMPANZES (Chimpanzee) (4)

    États-Unis. 2012. 78 min. Documentaire de Alastair Fothergill et Mark Linfield. Oscar, un bébé chimpanzé curieux, explore la forêt tropicale sous l'oeil bienveillant de sa mère et de tous les autres membres de la bande dirigée par Freddy, le mâle alpha. Les journées d'Oscar sont partagées entre les jeux et l'apprentissage séculier des codes de survie au coeur d'une nature souvent hostile. Par chance, sur le territoire on trouve une nourriture variée et de l'eau en abondance, autant de ressources que lorgne depuis des années une bande rivale. Cette dernière, au bord de la famine, envahit les lieux en attaquant par surprise la famille d'Oscar et tuant sa mère. Le jeune singe, qui ne peut survivre seul, tente sans grand succès de se faire accepter par les autres mamans de la bande. Contre toute attente, c'est Freddy qui décide d'adopter le petit orphelin rejeté et à demi mort de faim. Cette décision n'empêchera pas le chef de clan d'asseoir son autorité auprès de ses agresseurs. Cette oeuvre des as du documentaire animalier Alastair Fothergill et Mark Linfield (EARTH) possède les défauts et les qualités du genre: tendance marquée à l'anthropomorphisme et à la leçon de morale, décors naturels splendides, qualité technique supérieure, etc. Abstraction faite de la narration gentillette, la réalisation impeccable captive l'oeil.

  • COMIC-CON EPISODE IV: A FAN'S HOPE (4)

    États-Unis. 2011. 87 min. Documentaire de Morgan Spurlock. À sa création en 1970, le Comic-Con de San Diego attira 500 jeunes, qui trouvaient enfin un lieu où ils pouvaient partager leur passion pour l'univers des "comic books" et faire l'acquisition de pièces de collection. Aujourd'hui, ce congrès réunit à chaque année autour de 140 000 amateurs de bédé, mais aussi de culture populaire en général. Impressionné par l'ampleur du phénomène, le documentariste Morgan Spurlock (SUPER SIZE ME) a braqué sa caméra sur six participants du Comic-Con de 2010: deux aspirants illustrateurs, portfolio à la main; une jeune créatrice de costumes de super-héros, qui espère gagner un important concours; un jeune homme qui veut demander publiquement en mariage sa petite amie rencontrée l'année précédente au même endroit; un collectionneur avide qui veut mettre la main sur une nouvelle figurine avant tout le monde; enfin, un vétéran vendeur qui compte sur l'événement pour rembourser ses dettes. Habitué de tenir la vedette dans ses documentaires, le réalisateur de SUPER SIZE ME s'efface totalement ici pour, à travers cet exercice ludique de cinéma vérité, donner toute la place à ses attachants sujets, ainsi qu'aux divers participants, parfois célèbres, qui confient avec candeur leurs impressions sur ce congrès hors du commun.

  • DEUX SILENCES (Another Silence) (4)

    Argentine. 2011. 90 min. Drame policier de Santiago Amigorena avec Marie-Josée Croze, Ignacio Rogers, Tony Nardi, Benz Antoine, Aaron Parry, Alison Louder, Andrew Johnston. Marie, une policière de Toronto, dit un soir au revoir à son mari avocat et à leur garçon, qui s'en vont assister à un match de hockey. À une intersection isolée, le véhicule dans lequel père et fils ont pris place est criblé de balles. Tous deux meurent sur le coup. Déchirée, inconsolable, Marie se replie sur elle-même et suscite bientôt l'inquiétude de ses collègues. Or, cette Montréalaise d'origine n'a pas toujours été sage. S'informant auprès d'un de ses anciens contacts du monde interlope, elle apprend l'identité du chauffeur de l'autre véhicule. Après lui avoir soutiré l'information à la pointe de son revolver, Marie se rend en Argentine, pays de résidence du tueur, qui se trouve être le neveu d'un narcotrafiquant qu'elle a fait incarcérer. Mais comme ce dernier s'est vu confier une nouvelle mission par son oncle, la poursuite se complique. L'originalité du film du réalisateur d'A FEW DAYS IN SEPTEMBER tient à son traitement anti spectaculaire, parfois solennel et axé sur le non-dit. Quelques invraisemblances pointent ça et là, mais l'ensemble dégage une telle retenue qu'elles ont peu d'incidence. La solide Marie-Josée Croze contribue grandement à la réussite de l'entreprise.

  • France. 2011. 105 min. Comédie de Yann Samuell avec Vincent Brès, Théo Bertrand, Tristan Vichard, Salome Lemire, Éric Elmosnino, Mathilde Seigner, Fred Testot, Alain Chabat. 1960, dans le Sud de la France. Le vaillant Lebrac est la tête dirigeante d'une bande d'écoliers de Longeverne qui, comme le veut la tradition, s'amuse à faire la guerre aux enfants de Velrans, le village voisin. La tension entre les deux clans grimpe de plusieurs crans lorsqu'un soir, Lebrac écrit un message injurieux sur la porte de l'école de Velrans et que Lanterne, sa voisine garçon manqué qui cherche à gagner sa place au sein de la bande, sème des pièges dans la classe ennemie. Tandis que les tirs nourris reprennent les soirs après les classes, Maître Merlin, l'instituteur des garçons de Longeverne, remarque le haut potentiel de Laubrac et songe à le faire inscrire dans une grande école. La mère veuve de ce dernier, qui a besoin de lui pour s'occuper de la ferme et de ses petites soeurs, n'est cependant pas prête à le laisser partir. Cette quatrième adaptation du roman de Louis Pergaud (celle d'Yves Robert étant passée à l'histoire en 1961) séduit par son élégance visuelle et son allure d'authentique production d'autrefois. Cela dit, entre le tableau d'époque et l'étude de comportement, le récit à vitesse inconstante escamote certains enjeux. La distribution est cependant irréprochable.

  • PORTE-BONHEUR, LE (Lucky One, The) (6)

    États-Unis. 2012. 101 min. Drame sentimental de Scott Hicks avec Zac Efron, Taylor Schilling, Blythe Danner, Jay R. Ferguson, Riley Thomas Stewart. Ayant miraculeusement survécu à deux assauts de rebelles irakiens, le Marine Logan Thibault attribue sa chance à la photo d'une inconnue qu'il avait ramassée par terre. De retour aux États-Unis, le jeune natif du Colorado quitte sa soeur, qui l'hébergeait temporairement, pour partir à pied avec son chien, à la recherche de la belle sur la photo. Il retrouve celle-ci, prénommée Beth, dans une bourgade en Louisiane, où elle tient un chenil. Ne trouvant pas les mots pour expliquer le motif de sa visite, Logan est pris à tort par la jeune femme pour un demandeur d'emploi au comportement erratique, dont il faut se débarrasser. Percevant au contraire la bonté de cet étranger, la grand-mère de Beth, copropriétaire de l'entreprise, décide de l'engager. Malgré sa méfiance envers ce soldat qui a survécu, contrairement à son frère adoré, Beth tombe peu à peu sous son charme. Or, son ex-époux, un shérif aux comportements violents, la somme de mettre fin à cette idylle, sinon il réclamera en cour la garde de leur jeune fils, auquel Beth tient plus que tout. Scott Hicks (SHINE, HEARTS IN ATLANTIS) met en scène de façon soignée mais ringarde cette adaptation d'un roman de Nicholas Sparks (THE NOTEBOOK). Une réflexion superficielle sur le destin, des émotions manufacturées, un dénouement risible, une interprétation fade pour l'acteur, chargée pour l'actrice, même le public-cible féminin risque de ne pas y trouver son compte.

  • POURQUOI TU PLEURES? (4)

    France. 2011. 99 min. Comédie sentimentale de Katia Lewkowicz avec Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia, Valérie Donzelli, Sarah Adler, Éric Lartigau. À quelques jours de son mariage, Cui-Cui panique: Anna, sa fiancée, a disparu. Nullement inquiète, sa nombreuse belle-famille, qui ne s'exprime qu'en yiddish, s'installe chez lui pour prendre le contrôle des préparatifs de la noce et imposer ses traditions. L'appartement où le trentenaire doit prochainement emménager est dévasté par une fuite. Sa soeur, surnommée Coin-coin, est perpétuellement à bout de nerfs. Sa mère, une harpie égocentrique et castratrice, jette constamment de l'huile sur le feu et ses trois amis ne lui sont d'aucun secours. Mine de rien, Cui-Cui est assailli de doutes et personne ne semble enclin à l'écouter. Seul réconfort dans son quotidien mouvementé: sa rencontre avec Léa, une charmante jeune femme qui ignore tout de son mariage à venir. De compliquée, la situation devient carrément explosive lorsqu'Anna réapparaît, comme si de rien n'était. Filmé principalement à l'épaule pour retransmettre l'ambivalence de son héros apathique et attachant, cette production singulière et décalée, marquée par une réelle personnalité d'auteur, tire son énergie de ses dialogues piquants, mais aussi de ses seconds rôles hauts en couleur, que Benjamin Biolay, par effet de contraste, sert à mettre en valeur.

  • REBELLE (3)

    Canada. 2012. 90 min. Drame de Kim Nguyen avec Rachel Mwanza, Serge Kanyinda, Alain Bastien, Ralph Prosper, Mizinga Mwinga. À douze ans, Komona est arrachée de son village par les rebelles du Grand Tigre Royal et forcée par eux de tuer ses propres parents. Au coeur de la jungle africaine, la jeune fille éplorée, rebelle contre son gré, n'a d'autre choix pour survivre que de s'endurcir. Et de tuer, puisque c'est là, au départ, la seule utilité d'une enfant-soldate. Mais bientôt ses visions terrifiantes, qui lui permettent de prédire les assauts des soldats du gouvernement avant qu'ils ne surviennent, sauvent ses compagnons de plusieurs embuscades. Aussitôt, on la sacre sorcière, et le Grand Tigre Royal confirme son statut privilégié en la prenant comme concubine. Or, Komona s'est liée secrètement à Magicien, un adolescent albinos amoureux d'elle, avec qui elle profitera d'un instant d'inattention de leurs ravisseurs pour s'enfuir. Mais leur bonheur fragile, consolidé par leur mariage, n'aura qu'un temps. REBELLE est le fruit d'une recherche colossale sur le phénomène des enfants-soldats, que Kim Nguyen (LE MARAIS) a assimilé pour la mettre au service d'un récit simple, qui dit tout sans effort apparent. Signalons aussi la mise en scène discrète, la technique impeccable et l'interprétation stupéfiante de vérité de la jeune Congolaise Rachel Mwanza.

  • THINK LIKE A MAN (5)

    États-Unis. 2012. 122 min. Comédie sentimentale de Tim Story avec Michael Ealy, Jerry Ferrara, Meagan Good, Kevin Hart, Taraji P. Henson, Regina Hall, Terrence J, Romany Malco, Gabrielle Union. Zeke, Michael, Dominic et Jeremy multiplient les stratégies pour rencontrer la perle rare ou sauver leur couple. Ils ignorent toutefois que le degré de difficulté a augmenté d'un cran. En effet, les femmes au coeur de leur vie sont toutes plongées dans la lecture de "Act Like a Lady, Think Like a Man", un best-seller rempli de conseils pratiques sur les relations amoureuses. Depuis qu'elle l'a lu, Mya se retient de céder trop vite aux avances des hommes. Candice, une mère célibataire, Lauren, une riche femme d'affaires, et Kristen, déçue par le manque d'ambition de son conjoint, sont tout aussi convaincues par les enseignements contenus dans l'ouvrage et les appliquent à la lettre. Découvrant la source du comportement parfois inattendu de leurs compagnes, les hommes décident de s'inspirer à leur tour du fameux bouquin pour mieux les séduire. Tim Story (FANTASTIC FOUR) signe cette racoleuse variation en mode fiction d'un populaire guide pratique sur les relations amoureuses, qu'il a assortie à un univers chic et hautement artificiel. Le soin méticuleux apporté à la plastique de son film se fait au détriment du récit, long et échevelé. Cela dit, les interprètes dynamisent un peu l'affaire.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Isabelle Marceau  |