Une fillette de 6 ans menottée dans une école aux États-Unis

Publication: 17/04/2012 15:24 Mis à jour: 20/04/2012 10:57

ATLANTA - Une fillette âgée de 6 ans a été menottée après avoir fait une crise en classe dans une école de la Géorgie, dans le sud-est des États-Unis, et la police défendu ses méthodes mardi en affirmant que l'enfant avait été menotté par mesure de sécurité.

La famille de la fillette a demandé aux autorités municipales de Milledgeville de changer leurs politiques en la matière afin que d'autres enfants ne soient pas traités de la même façon. La fillette a été très secouée par l'incident, selon ses proches.

S'il est inhabituel qu'un jeune enfant soit menotté à l'école, ce n'est toutefois pas la première affaire de ce genre aux États-unis. D'autres responsables scolaires ont déjà été confrontés à la question de savoir s'il est opportun d'appeler la police pour s'occuper d'un élève.

Le cas de Milledgeville remonte à vendredi. La petite Salecia Johnson a déchiré des affiches accrochées aux murs et a jeté par terre des livres et des jouets, selon la police. Elle aurait aussi fait tomber une petite étagère sur la jambe du directeur de l'école et a tenté de casser un cadre de verre. Dépassée par tant de violence, l'école de Creekside a appelé la police en renfort.

Mais la fillette a résisté au policier qui tentait de la ramener à la raison dans le bureau du directeur. Elle a donc été maîtrisée avec des menottes, selon le rapport de police. Une plainte a été déposée contre l'enfant pour voies de fait et destruction de biens.

Le chef de la police par intérim, Dray Swicord, a expliqué que ses services avaient pour politique de passer les menottes aux gens amenés au poste, quel que soit leur âge, et que la fillette avait été attachée avec les menottes d'acier utilisées pour tout le monde, «pour leur propre sécurité et celle des agents».

La tante de Salecia Johnson, Candace Ruff, qui a récupéré la fillette au poste de police avec sa mère, a déclaré à l'Associated Press que l'enfant avait été placée dans une cellule et s'était plainte que les menottes «étaient vraiment serrées et lui faisaient mal aux poignets».

Le chef de la police a affirmé que la fillette avait été gardée dans une pièce et non une cellule et que des officiers avaient essayé de la calmer en lui donnant une boisson gazeuse.

L'administration de l'école de Creekside n'a pas répondu aux appels de l'Associated Press mardi.

La mère de Salecia, Constance Ruff, a déclaré à la chaîne WMAZ-TV que sa fille avait été suspendu ede l'école jusqu'au mois d'août.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Patrick White  |