Colombie: le scandale du Secret Service impliquerait 20 prostituées

Publication: Mis à jour:
SECRET SERVICE
Getty

WASHINGTON - Le scandale impliquant des agents du Secret Service et des prostituées à la veille de la visite du président Barack Obama en Colombie, le week-end dernier, a fait des ricochets dans la capitale américaine mardi: des membres du Congrès et des enquêteurs militaires se sont penchés sur le dossier, tandis que la Maison-Blanche a été pressée de questions sur la compétence de l'agence censée protéger le président des États-Unis.

Au moins 20 prostituées colombiennes sont impliquées dans l'incident avec des agents du Secret Service et des membres de l'armée américaine dans un hôtel de Carthagène, a déclaré mardi la sénatrice républicaine Susan Collins, membre de la commission sur la sécurité intérieure.

Le Secret Service a référé le dossier à un enquêteur indépendant du gouvernement, selon le sénateur républicain Chuck Grassley.

Le scandale est de plus en plus embarrassant pour l'administration Obama. La Maison-Blanche aurait préféré que l'incident reste en Colombie après le départ d'Air Force One, l'avion présidentiel.

Le directeur du Secret Service, Mark Sullivan, a fait la navette entre plusieurs réunions au Congrès, mardi, pour présenter ce que ses enquêteurs à Washington et en Colombie ont découvert au sujet de l'incident.

Les élus ont bombardé M. Sullivan de questions, dont la principale était de savoir qui sont ces femmes que les agents ont invitées dans leur hôtel. Les élus ont aussi voulu savoir si ces femmes ont eu accès à des informations sensibles qui pourraient avoir mis en péril la sécurité du président.

À la Maison-Blanche, après un événement dans le Rose Garden, le président Obama s'est fait demander s'il pensait que Mark Sullivan devrait démissionner. Le président a ignoré les questions criées par les journalistes. Son porte-parole a déclaré par la suite que le président faisait pleinement confiance au chef du Secret Service.

«Le directeur Sullivan a agi rapidement en réponse à cet incident et il supervise une enquête au moment même où nous en parlons», a déclaré le secrétaire de presse de la Maison-Blanche, Jay Carney.

Jeudi dernier, 11 agents du Secret Service déployés en Colombie pour préparer l'arrivée du président ont été rappelés aux États-Unis et suspendus de leurs fonctions après une nuit de fête. Certains d'entre eux auraient ramené des prostituées dans leur chambre d'hôtel. Lundi, l'agence a annoncé qu'elle avait révoqué les autorisations de sécurité des 11 agents.

Au moins 10 militaires américains qui logeaient dans le même hôtel font aussi l'objet d'une enquête pour leur rôle dans cette affaire.

Les agents du Secret Service et les militaires étaient à Carthagène pour les préparatifs de sécurité avant la visite de M. Obama dans la ville pour le sommet des Amériques, auquel ont participé plus de 30 dirigeants de la région.

Le Secret Service assure que la sécurité du président n'a jamais été menacée par cet incident.

Le directeur du Secret Service a déclaré au président de la commission sur la sécurité intérieure de la Chambre des représentants que les agents et les militaires impliqués avaient des versions différentes au sujet des femmes invitées dans leur hôtel. M. Sullivan a envoyé plus d'enquêteurs en Colombie pour interroger les femmes, selon le représentant républicain Peter King.

«Certains admettent que ce sont des prostituées, d'autre affirment que ce n'est pas le cas et qu'il s'agit de femmes rencontrées au bar de l'hôtel», a dit M. King lors d'une entrevue téléphonique.

M. Sullivan a assuré qu'aucune des femmes impliquées n'était mineure, d'après M. King.

«Mais qu'elles soient ou non des prostituées, inviter un citoyen étranger dans une zone sécurisée est un problème», a-t-il estimé.

Sur le web

Prostituées en Colombie: des soldats américains visés par l'enquête ...

Plusieurs soldats américains visés par l'enquête sur les prostituées ...