Huffpost Canada Quebec qc

Plan Nord: le projet de loi 65 protégera 50 pour cent du territoire

Publication: Mis à jour:
PLAN NORD
Capture d'écran

QUÉBEC - Québec va de l'avant avec son engagement de soustraire de toute activité industrielle 50 pour cent du territoire du Plan Nord.

Le ministre du Développement durable, Pierre Arcand, a déposé mardi à l'Assemblée nationale le projet de loi 65 qui aura pour effet de protéger 600 000 kilomètres carrés du territoire du nord québécois d'ici 2035.

En conférence de presse, le ministre a mis un terme à toute ambiguïté, en disant que l'industrie forestière serait elle aussi exclue du vaste territoire à protéger.

«On avait laissé une porte ouverte», a convenu le ministre, avant d'ajouter que «les activités forestières sont considérées comme étant des activités industrielles».

Le projet de loi prévoit aussi la création de réserves marines et la reconnaissance du concept de «paysages humanisés» dans la partie septentrionale du Québec.

Si le projet de loi, intitulé la «Loi sur la conservation du patrimoine naturel et sur le développement durable du territoire du Plan Nord», est adopté, Québec sera obligé de rendre des comptes sur les mesures de conservation qui s'appliquent au territoire du Plan Nord.

Le ministre sera obligé de tenir et de diffuser un registre des aires protégées.

On prévoit que 12 pour cent du territoire du nord sera protégé en 2015, puis 20 pour cent en 2020. Il restera donc 30 pour cent de superficies supplémentaires à identifier d'ici 2035, et des consultations seront menées à cette fin. Actuellement, environ 9 pour cent du territoire est protégé.

Le dernier ajout de 30 pour cent d'aires protégées «sera probablement sujet à peut-être plus de discussions pour l'avenir», prévoit M. Arcand, anticipant déjà des conflits quant à l'usage privilégié pour telle ou telle portion du territoire boréal.

L'opposition péquiste, par la voix du député de L’Assomption et porte-parole en matière d'environnement, Scott McKay, estime qu'il s'agit là «d'une protection environnementale cosmétique». Il estime que le projet de loi entretient le flou sur les réelles retombées et conséquences des aménagements annoncés.

De son côté, l'Initiative boréale canadienne (IBC) a accueilli favorablement l'annonce faite par Québec.

«Ce projet de loi, très attendu, doit rapidement avoir force de loi et faire contrepoids au développement industriel déjà bien amorcé sur le territoire nordique», a indiqué Suzann Méthot, directrice pour le Québec de l'IBC, dans un communiqué.

Sur le web

Plan Nord : Jean Charest dévoile sa stratégie pour protéger le ...

Protection du territoire du Plan Nord: citoyens inquiets à Sept-Îles ...

Le Plan Nord aura des répercussions jusqu'ici

Jean Charest à Sept-Îles: 200 personnes à l'écoute