Canada: taux directeur maintenu à 1%, mais possible hausse en vue

Publication: Mis à jour:
La banque centrale du Canada a maintenu mardi son taux directeur à 1%, niveau où il est fixé depuis septembre 2010. (Photo Archives)
La banque centrale du Canada a maintenu mardi son taux directeur à 1%, niveau où il est fixé depuis septembre 2010. (Photo Archives)

La banque centrale du Canada a maintenu mardi son taux directeur à 1%, niveau où il est fixé depuis septembre 2010, mais a averti qu'un resserrement "modeste" de sa politique monétaire deviendrait peut-être nécessaire "à moyen terme".

Dans le communiqué justifiant sa décision, la Banque du Canada invoque le fait que l'économie canadienne fait preuve "d'un dynamisme un peu plus grand" qu'elle ne l'escomptait en janvier et que l'inflation risque d'être "un peu plus ferme".

La banque a révisé à la hausse sa prévision de croissance de l'économie canadienne en 2012, la faisant passer de 2% à 2,4%. En revanche, elle a abaissé sa prévision pour 2013, ramenant la croissance à 2,4%, contre 2,8% précédemment. L'économie devrait à nouveau ralentir en 2014, à 2,2%.

La banque note une amélioration du "profil de croissance de l'économie mondiale". Elle prévoit notamment que "l'Europe émergera lentement de la récession au deuxième semestre de 2012, même si les risques entourant ces perspectives demeurent élevés".

"Le profil de croissance de l'économie américaine est légèrement plus solide, compte tenu de l'équilibre entre, d'une part, une certaine amélioration de la situation sur le marché du travail, des conditions financières et de la confiance et, d'autre part, l'assainissement budgétaire qui s'amorce ainsi que la réduction en cours du levier d'endettement des ménages", souligne-t-elle.

La banque s'attend par ailleurs à ce que "le rythme de l'activité dans les économies émergentes ralentisse mais demeure robuste, étant alimenté par un assouplissement des politiques macroéconomiques".

Au Canada, "dans un contexte de capacités excédentaires moindres au sein de l'économie et d'inflation sous-jacente plus élevée, il se peut qu'une réduction modeste de la détente monétaire considérable actuellement en place au Canada devienne appropriée, de façon à atteindre la cible d'inflation de 2% à moyen terme".

Cependant, "le moment et le degré de toute réduction seront évalués avec soin, en fonction de l'évolution économique à l'échelle nationale et internationale", précise l'établissement.

jl/via/sl/sf

Sur le web

Situation difficile au Québec, selon Statistique Canada

Le statu quo n'en a plus pour longtemps

C'est l'abondance ou la famine pour le marché immobilier canadien

Bank of Montreal : BMO encourage les ménages canadiens à mettre de ...