F-35: la saga des hélicoptères Cyclone doit servir de leçon aux contribuables

Publication: 16/04/2012 18:17 Mis à jour: 17/04/2012 00:19

OTTAWA - Le gouvernement conservateur a accepté d'être plus conciliant par rapport au constructeur d'un nouvel hélicoptère pour les Forces canadiennes après que l'entreprise eut fait une série de concessions économiques, révèlent de nouveaux documents.

La saga des Cyclone CH-148 constitue un avertissement pour les contribuables dans le débat qui fait présentement rage sur l'achat des avions furtifs F-35, croit Philippe Lagassé, professeur adjoint d'affaires publiques et internationales à l'Université d'Ottawa.

Afin de compenser l'incapacité de Sikorsky Aircraft Corp. à livrer des appareils fonctionnels à temps en 2010, les ministères des Travaux publics et de la Défense ont réussi à lui arracher 110 millions $ grâce à diverses concessions, selon une note d'information préparée pour le ministre de la Défense, Peter MacKay.

Le manufacturier a également cédé sur le coût de fonctionnement des hélicoptères et prolongé le contrat d'entretien à long terme, en plus de promettre vaguement de «restructurer les dommages-intérêts liquidés» résultant du retard de livraison.

Les documents, datés de juin 2010, ont récemment été obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Tout comme l'achat des F-35, celui des Cyclone, dont le prix total s'élève à 5,7 milliards $, a été vivement critiqué par le vérificateur général en raison de ses nombreux délais et dépassements de coûts.

Au départ, Sikorsky, une entreprise basée au Connecticut, devait livrer les premiers hélicoptères en 2008 conformément à l'entente signée avec le gouvernement libéral de Paul Martin. La flotte de 28 appareils devait être en service à la fin de 2011.

Or, l'Aviation royale canadienne n'a reçu jusqu'ici qu'un seul prototype de l'hélicoptère, qui se trouve présentement à la base militaire de Shearwater, en Nouvelle-Écosse. Cinq autres devraient être livrés cette année.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |