Corée du Nord: premier discours de Kim Jong Un (VIDÉO)

Publication: 15/04/2012 11:49 Mis à jour: 15/04/2012 15:15

PYONGYANG, North Korea - Le nouveau dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a prononcé dimanche son premier discours à la nation, promettant de donner la priorité à l'armée du pays, qui s'est empressée de dévoiler un supposé nouveau missile de longue portée.

Ce discours marquait l'apogée de deux semaines de célébrations nationales pour le centenaire de la naissance de son grand-père, le fondateur de la nation Kim Il Sung.

Des festivités assombries par l'échec cuisant du lancement de la fusée nord-coréenne qui avait suscité de nombreuses condamnations internationales. La fusée nord-coréenne Unha-3 s'est désintégrée vendredi au-dessus de la Mer Jaune peu après son décollage.

Ce tir a coûté à Pyongyang l'accord fraîchement conclu avec Washington qui devait lui envoyer de l'aide alimentaire en échange du gel de son programme nucléaire. Il s'agissait selon Pyongyang d'un satellite d'observation des cultures et ressources naturelles. Mais le Japon, les Etats-Unis, la Corée du Sud et leurs alliés soupçonnaient la Corée du Nord de procéder à un test déguisé de missile balistique à longue portée, et de violer les résolutions internationales sur le programme nucléaire et militaire de Pyongyang.

L'allocution du jeune Kim Jong Un a pris par surprise les Nord-Coréens rassemblés sur la place Kim Il Sung ou devant leurs postes de télévision pour suivre les célébrations à la chorégraphie millimétrée de l'anniversaire de "l'éternel président". Son père, le défunt Kim Jong Il, ne s'était adressé publiquement à la nation qu'une seule fois dans sa vie.

Kim Jong Un, largement inconnu quand il a succédé à son père à la mort de ce dernier en décembre, serait proche de la trentaine. D'un ton calme et mesuré, le nouveau dirigeant nord-coréen a lu un discours d'une vingtaine de minutes, couvrant un large éventail de sujets, de la politique étrangère à l'économie.

Soulignant le message du Kim Jong Un, qui a promis de nouveaux fonds pour l'armée, un nouveau missile de longue portée a été présenté lors du défilé militaire qui a suivi. On ignorait toutefois la portée de son apport à l'arsenal militaire nord-coréen, certains experts avançant qu'il pourrait même s'agir d'un faux.

Le nucléaire à demi-mots

PYONGYANG, 15 avr 2012 (AFP) - Le numéro un nord-coréen, Kim Jong-Un, a affirmé dimanche que la Corée du Nord ne serait plus jamais menacée par les puissances nucléaires, lors de son premier discours public, deux jours après le tir manqué d'une fusée soupçonnée par les Etats-Unis d'être un missile balistique.

Les Occidentaux accusent Pyongyang de détenir plusieurs bombes nucléaires et de procéder à des essais atomiques afin de parvenir à les miniaturiser et les installer sur des missiles.

"La supériorité militaire et technologique n'est plus uniquement aux mains des impérialistes. Le temps où l'ennemi nous menaçait et faisait du chantage avec des bombes atomiques est bel et bien terminé", a proclamé le jeune dirigeant, âgé de moins de 30 ans, sous-entendant que son pays détenait désormais l'arme de dissuasion.

"Aucun pays ne peut nous attaquer", a-t-il ajouté, en présence des plus hauts responsables de l'armée et du parti, venus participer aux cérémonies marquant le centième anniversaire de la naissance de son grand-père, le président Kim Il-Sung, mort en 1994.

Il a affirmé que l'Armée Populaire de Corée avait "acquis beaucoup d'expérience (..) et est aujourd'hui capable de battre n'importe quel ennemi".

L'armée nord-coréenne, avec 1,2 million de soldats, est la 4e armée du monde, mais son armement en majorité de fabrication russe date un peu.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |