Jardins à Montréal: la Vitrine de l'agriculture urbaine à Montréal regroupe plusieurs types de jardins sur l'île

Le Huffington Post Québec  |  Par Publication: 13/04/2012 11:07 Mis à jour: 13/04/2012 11:07

Jardins Montreal
La Vitrine de l'agriculture urbaine regroupe plusieurs types de jardins sur l'île de Montréal.

Montréal a maintenant son répertoire interactif de potagers et de fermes. La Vitrine de l’agriculture urbaine à Montréal regroupe plusieurs types de jardins sur l’île, individuels, communautaires, collectifs et institutionnels.

Les «urbainculteurs» montréalais sont d’ailleurs invités à ajouter eux-mêmes leur jardin au répertoire, de façon à suivre la cadence du développement en matière de jardins urbains.

En partenariat avec la Conférence régionale des élus (CRÉ), le site servira entre autres d'outil pour contribuer au verdissement de la ville et pour améliorer l’accès à des aliments frais et sains. «Cela mettra en aussi en valeur la relève engagée et créative en agriculture urbaine», ajoute Madame Manon Barbe, présidente de la CRÉ.

Pour un autre de leur partenaire, l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (ASSSM), c’est l’amélioration des habitudes alimentaires qui les a encouragés à investir dans ce projet. À Montréal, seulement 30% de la population consomme les cinq portions de fruits et légumes recommandées par jour. «Les campagnes médiatiques de promotion sur la santé ont leurs limites. Il faut plutôt miser sur le développement d’un environnement favorisant de meilleures habitudes de vie, comme ce projet d’agriculture urbaine, explique le Dr Louis Drouin, responsable du secteur Environnement urbain et santé de la Direction de la santé publique de l’ASSSM. C’est sans doute un moyen plus efficace de lutter contre les maladies qui coûtent le plus cher à l’état en soins de santé, comme les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer.»

D’un point de vue éducatif, Louise Vandelac, directrice de l’Institut des sciences et de l’environnement de l’UQAM (ISE), perçoit déjà plusieurs bénéfices au projet. «C’est très symbolique pour les étudiants de porter de tels projets, comme celui des ruches, afin d’alimenter la recherche, de voir leurs projets grandir, et partager au sein de la communauté», précise-t-elle.

Le Collectif de recherche en aménagement paysager et en agriculture urbaine durable (CRAPAUD) de l’UQAM a justement mis sur pieds des ruches sur le toit de l’Université afin d’améliorer la biodiversité végétale, tout en stimulant la production de fruits et légumes environnants. À l’Université de Montréal, un projet semblable a été créé par la Production agricole urbaine soutenable et écologique (PAUSE). Un scénario semblable se produit aussi au marché solidaire Frontenac. Pour consolider leurs initiatives et transmettre leurs connaissances par des projets de plus petite envergure, dans les écoles par exemple, ils ont créé Miel Montréal. Un des nombreux projets à suivre de près sur le tout nouveau site Web.

Pour une 4e année consécutive, les camps d’été en agriculture urbaine auront lieu une fois de plus l’été prochain. De quoi encourager nos générations grandissantes à jardiner leur ville.

Suivre Le HuffPost Québec