Charest continue à rêver du TGV Montréal-New York même si Ottawa n'en veut pas

Publication: Mis à jour:
TGV MONTREAL NEW YORK
Le président de Bombardier Transport mondial, André Navarri, le gouverneur de l’État de Sao Paulo, Geraldo Alckmin, le premier ministre du Québec, Jean Charest, le maire de Hortolandia, Angelo Perugini, et le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Sam Hamad, posent devant le prototype des wagons Bombardier qui seront construits à l’usine de Hortolandia, au Brésil, le 13 avril 2012. (Huffington Post Québec) | Huffington Post Quebec

HORTOLÂNDIA, Brésil - Malgré le désintérêt du gouvernement fédéral, le premier ministre Jean Charest n'a pas abandonné le projet de train à grande vitesse entre Montréal et New York.

À l'occasion d'un passage dans une usine de Bombardier au Brésil, M. Charest a rappelé vendredi que le dossier «est toujours en vie».

Le premier ministre a cependant reconnu que l'obstacle majeur continue d'être le manque d'intérêt d'Ottawa pour le projet.

En concluant une mission de quatre jours au Brésil, M. Charest a été questionné sur le sujet lors d'un point de presse.

Le premier ministre a affirmé que le gouvernement fédéral est l'acteur principal dans ce dossier, sans qui il est difficile de faire des progrès.

Mais le Québec continue de faire le promotion du projet du côté des États-Unis, où l'intérêt est plus grand, tant du côté de l'État de New York que du gouvernement fédéral américain.

«La ligne entre Montréal et New York, c'est encore un projet que nous poussons et qui est toujours en vie, a-t-il dit. Malgré les changements économiques aux États-Unis, c'est un projet qui est viable, souhaité par le gouverneur de l'État de New York.»

Sondage rapide

Êtes-vous intéressé par un TGV Montréal-New York?

VOTER