Les compressions risquent de rallonger le temps d'attente aux frontières

Publication: Mis à jour:
Frontières Canada-États-Unis (Radio-Canada. ca - Archives)
Frontières Canada-États-Unis (Radio-Canada. ca - Archives)

Si le gouvernement fédéral va de l'avant avec son annonce d'abolition de centaines de postes, le temps d'attente pour passer les frontières pourrait bien augmenter, ont prévenu des représentants syndicaux.

Plus de 1100 employés de l'Agence des services frontaliers du Canada ont été avertis que leur poste était en péril, dans la foulée du budget fédéral, déposé le mois dernier à Ottawa.

Le gouvernement fédéral a indiqué à l'Agence qu'il lui faudrait retrancher 143 millions de dollars à son budget au cours des trois prochaines années.

Le président de l'Alliance de la Fonction publique du Canada, John Gordon, a soutenu que si tous ces postes étaient abolis, les services s'en trouveraient forcément ralentis.

Le porte-parole du syndicat représentant les douaniers a souligné que les compressions annoncées constituaient une contradiction par rapport à l'engagement pris par le Canada au chapitre de la sécurité frontalière.

Jean-Pierre Fortin a ajouté que son syndicat devrait dévoiler, à l'occasion d'une conférence de presse jeudi, davantage d'informations sur les répercussions qu'entraîneront les coupes.

Les conservateurs avaient fait l'annonce, en décembre, d'un accord de périmètre de sécurité avec les États-Unis, qui doit accélérer le commerce tout en resserrant la protection contre les menaces terroristes.

Les compressions prévues viennent toutefois diminuer l'accent mis sur cet accord de sécurité frontalière et qui repose d'abord et avant tout sur les renseignements, a fait valoir M. Fortin.

Une porte-parole du ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a refusé de commenter les possibles impacts de ces coupes.

Julie Carmichael a écrit dans un courriel que le gouvernement fédéral se concentrait sur l'économie, ajoutant que les compressions permettraient aux contribuables de réaliser des économies tout en préservant la sécurité des Canadiens.

Les services frontaliers modernisent leur administration centrale afin d'économiser, tout en s'affairant à rehausser l'efficacité des services sur le terrain, a-t-elle ajouté.