Grève étudiante: la ministre Beauchamp exige que les cours se donnent

Publication: Mis à jour:
Line Beauchamp affirme que les cégeps et les universités doivent offrir leurs cours normalement, peu importe que les étudiants y assistent ou non.
Line Beauchamp affirme que les cégeps et les universités doivent offrir leurs cours normalement, peu importe que les étudiants y assistent ou non.

(Radio-Canada) Alors que les étudiants qui contestent la hausse des droits de scolarité continuent de manifester dans les rues de Montréal, la ministre de l'Éducation du Québec, Line Beauchamp, affirme que les cégeps et les universités doivent offrir leurs cours normalement, peu importe que les étudiants y assistent ou non.

« Au moment, où je vous parle, vous avez un gouvernement démocratiquement élu, qui prend des décisions, et une majorité d'étudiants, dans une majorité de cégeps et d'universités, qui sont en classe », a-t-elle déclaré mercredi matin au Réseau de l'information.

« Ma responsabilité est de rappeler aux directeurs d'établissements des universités et des cégeps que toutes les mesures doivent être prises pour que les cours puissent se donner », a-t-elle ajouté dans cette entrevue qu'elle a elle-même sollicitée.

« Il y a des étudiants qui veulent entrer et suivre leurs cours, et ils y ont droit. La loi leur donne raison. » — Line Beauchamp

La ministre dit que la hausse de scolarité de 325 $ pendant cinq ans décrétée par son gouvernement équivaut à une hausse de 230 $ par année ou 115 $ par session si l'on tient compte d'un crédit d'impôt applicable.

Mme Beauchamp affirme qu'il faut accroître le financement des universités, qu'il y a un consensus dans la classe politique québécoise à ce sujet, et que les contribuables québécois font déjà leur part.

La ministre de l'Éducation déplore que les étudiants cherchent constamment à refiler la facture à quelqu'un d'autre.

Retour en classe pour certains, poursuite de la grève pour d'autres

Les cours ont repris mardi au cégep de Matane et au Collège d'Alma, qui ont voté la semaine dernière pour mettre fin à la grève. Des milliers d'étudiants aux 2e et 3e cycles de l'Université Laval à Québec avaient fait de même et sont aussi retournés en classe mardi matin. En tout, 4800 étudiants sont toujours en grève à l'Université Laval.

Selon la FEUQ, le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue a décidé mardi de ne pas reconduire la grève (54 %), mais continue toutefois de militer contre la hausse.

Les étudiants des collèges Montmorency, de Maisonneuve et du cégep André-Laurendeau ont quant à eux voté pour la poursuite du boycottage des cours.

Au cégep de Valleyfield, la direction a décidé de reprendre les cours dès jeudi matin, malgré le vote des étudiants pour la poursuite de la grève. Les porte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) ont qualifié la décision de tentative de briser la grève, et annoncé qu'une grande manifestation se tiendrait jeudi devant le Collège de Valleyfield, en guise de réponse.

Une quinzaine de votes ont été pris dans les universités québécoises mardi. À l'Université de Montréal, les étudiants des cycles supérieurs en sciences politiques, en kinésiologie et en linguistique ont voté en faveur de la reconduction de la grève. Ceux du 1er cycle en kinésiologie et éducation physique ont également voté pour poursuivre le boycottage des cours. Au total, plus de 15 000 étudiants de cette université sont toujours en grève.

Les étudiants de la faculté des lettres et des sciences humaines de l'Université de Sherbrooke se sont prononcés également pour la poursuite de la grève. Les 6000 étudiants du cégep de Sherbrooke se prononceront quant à eux mercredi.

Environ 178 000 étudiants sont toujours en grève dans l'ensemble de la province.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

MANIFESTATION DU 22 MARS 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Période critique en vue

Beauchamp suggère des votes secrets

L'étau se resserre sur le gouvernement

Line Beauchamp: « Ils ne peuvent pas tout avoir » | Éducation ...

La pression monte « Bloquons la hausse

Grève étudiante : coups d'éclat dans plusieurs villes du Québec ...