Messagerie texte: des chercheurs universitaires en examinent les effets

Publication: Mis à jour:
TEXT MESSAGE
L'expression «See you» était quatre fois aussi présente que la retranscription du son de ces mots, avec «c u». (Photo AP) | alamy

VANCOUVER - Des chercheurs universitaires examinent les habitudes des Canadiens en matière de messagerie texte, alors qu'ils tentent d'en apprendre davantage sur l'usage qu'ils font de la technologie dans leurs moyens de communication.

Des chercheurs de l'Université Simon Fraser (SFU), l'Université de Montréal et l'Université d'Ottawa ont indiqué avoir déjà recueilli plus de 8000 textos dans le cadre d'une étude appelée «Text4Science».

Ils tenteront de déterminer comment les Canadiens adaptent leur langue lorsqu'ils envoient des messages texte, et si ce mode de communication entraîne des conséquences sur leur façon d'écrire.

Un communiqué de presse émis par SFU mentionne que les textos reçus comportent notamment dix façons différentes d'exprimer le rire, avec notamment trois variantes de «lol».

Les participants ont aussi fait parvenir douze façons différentes d'écrire «O.K.», incluant entre autres «okay» et «k».

L'expression «See you» était quatre fois aussi présente que la retranscription du son de ces mots, avec «c u».

Sur le web

WebAverti - Téléphones cellulaires et messages textes

L'Agence nationale des Usages des TICE - Le langage SMS n'est ...

Marketing direct Le papier et le numérique

Les choses bougent du côté de Google Play Livres...

Messages mortels