Bestiaire : la faune en long et en large

Huffington Post Québec  |  Par Publication: 8/04/2012 11:39 Mis à jour: 8/04/2012 11:39

Bestiaire Film
Extrait de la bande-annonce de Bestiaire. (Capture d'écran)

Après les remarqués longs métrages Carcasses (2009) et Curling (2010), le cinéaste d’origine brayonne Denis Côté aventure sa caméra rebelle dans le documentaire avec sa dernière portée, Bestiaire. Prenant le Parc Safari d’Hemmingford pour terrain de jeu, l’anti-Spielberg (« less is beautiful ») questionne le rapport de l’homme aux animaux.

L’extrême lenteur du montage, les plans statiques et l’action au ralenti nous plongent dans la vie ennuyeuse – mais pas moins fascinante – des bêtes de foire. Entre le spectateur et les acteurs à quatre pattes, Denis Côté construit des barreaux invisibles. La caméra se place à la frontière de deux univers, et on vient à se demander qui des animaux ou des hommes sont en cage. Les autruches, les lamas, les hyènes, les lions les buffles et les tigres expriment par des impulsions, des rugissements ou des mimiques leur condition d’enfermement contre-nature.

La petite équipe et l’équipement de tournage, éléments de curiosité pour les acteurs à quatre pattes, provoquent l’impression d’être à la fois observateurs et observés, voyeurs et intrus. Un film expérimental, poétique et, disons-le, peu accessible : ni musique, ni dialogue, ni narration. Des chevaux qui broutent, des bovidés qui posent. L’ennui est parfois un prix à payer pour laisser la nature s’exprimer. Pour ceux qui croient qu’un bon film part avant tout d’une bonne histoire, passez votre chemin. D’histoire, il n’y en a point. Ou des toutes petites, si petites qu’elles tiennent dans les yeux d’un cheval.

L’homme est un animal social, dixit Aristote. L’homme est aussi un animal qui sait se servir d’une caméra. Et dans le cas de Denis Côté, qui le sait vachement bien.

Si les plans fixes et le traitement «documentaire» de Bestiaire rappellent Carcasses (2009), le prochain film du réalisateur décalé, Vic et Flo ont vu un ours, renouera avec une fiction ombrageuse dans la veine de Curling. Pierrette Robitaille, Marc-André Grondin et Valérie Donzelli feront partie de la distribution.

VOYEZ LA BANDE-ANNONCE DE BESTIAIRE:

Suivre Le HuffPost Québec