Huffpost Canada Quebec qc

L'Impact a raison du Toronto FC 2-1 et signe un premier gain en MLS

Publication: Mis à jour:
IMPACT PREMIERE VICTOIRE MLS
Bernardo Corradi, de l'Impact, en action durant le match du 7 avril 2012. (PC) | CP

MONTRÉAL - L'Impact de Montréal a finalement brisé la glace à son sixième match en MLS. Opposé samedi à son grand rival canadien du Toronto FC, le onze montréalais a su imposer son rythme dès le départ pour soutirer une victoire de 2-1, samedi, devant 23 120 spectateurs réunis au Stade olympique.

«C'est un grand moment, une grande victoire, pour cette équipe, pour cette ville, pour ses partisans et ses joueurs, a déclaré d'entrée de jeu l'entraîneur-chef Jesse Marsch. Mais la réalité est que le travail ne fait que commencer.»

Marsch avait promis des changements. Il y en a eu. Son onze partant modifié — d'où étaient absents le capitaine Davy Arnaud et le milieu québécois Patrice Bernier — lui a permis de remporter son pari.

«Nous avons discuté plus tôt cette semaine d'utiliser plusieurs joueurs et de trouver la combinaison parfaite, a-t-il dit. Nous savons que nous disposons d'une bonne formation. Nous le disons depuis le tout début. J'ai mis les joueurs au défi. Je leur ai dit de rester prêts même lorsque les décisions n'étaient pas en leur faveur, car nous allons utiliser différents joueurs en différentes occasions.»

C'est d'ailleurs l'un de ces joueurs insérés dans la formation partante, Sinisa Ubiparipovic, dont il s'agissait d'un premier départ, qui a marqué le premier but de la rencontre. Tout premier choix de l'histoire de l'Impact, Andrew Wenger a ensuite doublé la marque tard en deuxième demie. Danny Koevermans rapprochera le Toronto FC à la 88e minute, trop peu, trop tard.

Un autre des changements apportés par Marsch lui a donné raison. Lamar Neagle, inséré à la place de Bernier au milieu de terrain, a disputé un fort match, obtenant d'ailleurs la passe décisive sur le but d'Ubiparipovic.

L'Impact (1-4-1) a connu une très bonne entrée en matière, contrôlant le ballon 62 pour cent du temps en première demie et se créant de nombreuses chances de marquer, notamment à la 18e minute. Neagle a profité d'un contrôle approximatif pour soutirer le ballon à Terry Dunfield, avant de le remettre à Ubiparipovic. Le milieu de terrain a ouvert la marque en déjouant sur sa gauche Milos Kocic d'un tir bas décoché d'environ 16 mètres.

«Je suis heureux pour Sinisa, qui a la chance d'entrer dans la formation pour une première fois, a dit Marsch. Il a joué un fort match et marqué un gros but.»

L'attaquant Sanna Nyassi, joueur du match, a failli doubler cette avance à la 28e. Après avoir accepté la belle passe de Felipe, Nyassi s'est amené sur la gauche et décoché un puissant tir, que Kocic a habilement repoussé.

Son vis-à-vis, Donovan Ricketts, a aussi eu à se signaler en première demie afin de préserver cette mince avance. Après une tête ratée de Dunfield à la 36e minute, Koevermans a récupéré dans la zone de réparation, mais s'est buté au gardien montréalais. Koevermans a d'ailleurs été solidement touché sur la collision qui a suivi et a mis du temps à retrouver ses esprits.

L'Impact a continué d'appliquer de la pression au retour de la pause, forçant le TFC (0-4-0) à se défendre et provoquant des fautes. Logan Emory a ainsi écopé d'un carton rouge pour avoir fauché Nyassi tout juste à l'extérieur de la surface de réparation à la 65e minute. Toronto a dû terminer le match à 10 joueurs.

Après une belle occasion ratée par le Toronto FC à la 80e minute, Justin Mapp, entré quelques minutes plus tôt, a repéré Wenger — aussi venu en relève en deuxième demie — loin sur l'aile gauche. Wenger a battu de vitesse Ty Harden et logé le ballon entre les jambes de Kocic pour inscrire son premier but dans le football professionnel.

Le Toronto FC n'a cependant jamais lâché — il a paru mieux jouer à 10 qu'il ne l'a fait à 11 — et il a forcé l'Impact à lutter jusqu'à la toute fin pour mériter ce premier gain. Reggie Lambe a trouvé Koevermans d'un centre en toute fin de match. L'attaquant torontois a habilement fait dévier de la tête pour ramener l'écart à un but, mais l'Impact a tenu bon.

«Il s'est passé plusieurs choses à ce stade de la rencontre, a noté Marsch. Nous avions l'avantage d'un joueur et vous souhaitez voir votre équipe prendre le contrôle du match dans ces occasions. À 2-0, ils n'avaient rien à perdre et nous avions tout à perdre. Ça a paru pendant un certain temps. Nous étions un peu tendus. (...) ce ne fut pas notre meilleure performance (samedi), mais l'important est d'avoir engrangé les trois points.»

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Jour de premières | Soccer | Radio-Canada.ca

L'Impact a raison du Toronto FC 2-1 et signe un premier gain en MLS

L'Impact a raison du Toronto FC 2-1 et signe un premier gain en MLS

L'Impact s'incline

Le mauvais départ du FC Toronto se poursuit

Marsch promet des changements au onze partant

L'histoire contre le Toronto FC

Retour à domicile pour l'Impact

Impact 0 Real Salt Lake 1: nouveau penalty, nouvelle défaite