Un lycéen chinois vend un rein pour acheter un iPhone

Publication: Mis à jour:
LYCEEN CHINOIS REIN IPHONE
Un lycéen de 17 ans a vendu son rein pour s'acheter un iPhone et une tablette multimédia iPad. (Shutterstock) | Shutterstock

BEIJING, China - Les Chinois s'inquiètent de l'influence de la société de consommation sur les jeunes, après l'affaire d'un lycéen de 17 ans qui a vendu son rein pour s'acheter un iPhone et une tablette multimédia iPad, selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Cinq personnes ont été inculpées de blessure intentionnelle à Chenzhou pour avoir organisé la transplantation du rein du jeune homme, désigné par le seul nom de Wang, a précisé Xinhua vendredi soir. Parmi les suspects se trouvent un chirurgien, un prestataire hospitalier et deux intermédiaires qui auraient cherché des donneurs sur Internet et loué la salle d'opération.

Quelque 1,5 million de personnes attendent un don d'organe en Chine alors que seules 10.000 transplantations sont réalisées chaque année, selon l'agence de presse. La pénurie alimente le trafic d'organes.

D'après Chine nouvelle, l'un des suspects du nom de He Wei, ayant contracté des dettes de jeu, avait chargé l'un de ses co-accusés de chercher des donneurs d'organes dans des forums de discussion en ligne et un autre de trouver une salle d'opération. L'intervention s'est déroulée en avril 2011.

He Wei a été payé 220.000 yuans (environ 26.000 euros; 35.000 dollars) pour la greffe, en a donné 22.000 (2.660 euros; 3.500 dollars) au jeune homme et a partagé le reste avec ses co-accusés ainsi que le personnel médical impliqué dans l'opération, selon Xinhua.

Mais quand Wang est rentré chez lui, sa mère lui a fait avouer comment il avait pu s'offrir un nouvel iPhone et un iPad, précise l'agence de presse.

Le quotidien "Southern Daily" avait fait état le mois dernier d'autres cas de personnes ayant vendu un rein ou les deux ou ayant sérieusement envisagé de le faire pour rembourser des dettes, acheter un smartphone (téléphone de haute technologie) ou payer l'avortement de leur compagne.

"Sans être confrontés à la misère totale, ces jeunes gens nés après les années 1990 ont pris des décisions irréfléchies. A choisir entre leur corps et le matérialisme, ils ont résolument opté pour le second", avait commenté le journal officiel du Parti communiste au pouvoir, le "Guangming Daily". "Dans la société d'aujourd'hui où les désirs sont infinis et les exigences sans fin (...), la course aveugle à l'acquisition des technologies dernier cri va progressivement ruiner des vies", prédisait-il. AP

st/v132