Huffpost Canada Quebec qc

Woody Allen: la bande-annonce de son prochain film «To Rome With Love» (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Extrait de la bande-annonce de «To Rome with Love».
Extrait de la bande-annonce de «To Rome with Love».

Le prochain film de Woody Allen, To Rome With Love se dévoile dans une première bande-annonce. Le réalisateur new-yorkais y croise Penélope Cruz en sympathique prostituée, Roberto Benigni, harcelé par la presse sur son menu du petit déjeuner, Alec Baldwin et Jesse Eisenberg sur leur 31 en américains expatriés ou encore Ellen Page en croqueuse d'hommes.

Après Londres dans Match Point, Barcelone dans Vicky Cristina Barcelona et Minuit à Paris, Woody a planté son décors dans une autre ville européenne. La capitale italienne doit servir de décor à une intrigue que la bande-annonce n'aborde pas clairement. Mais on suppute déjà quelques couples brisés ainsi que de longues complaintes existentielles sur les opinions politiques d'un futur gendre.

Ce qu'il faut retenir:

On commence avec les mêmes accordéons qu'à Paris, mais sur l'air de la Traviata et une scène de scooters dans la rue. Pas d'allégories sur les fantômes du passé, Rome n'aurait pas changé depuis Vacances Romaines (1953). Premier passage obligé par la maréchaussée et un dialogue face au Colisée. Une petite pique probablement destinée au trafic qui empoisonne les rues de la capitale. (Sauf que le centre historique est plutôt preservé des voitures, notamment grâce à un système de péage.)

À l'hôtel, après une blague sur le QI de Woody Allen construite sur la parité euros/dollars, Judy Davis se fait voler la vedette par Penélope Cruz qui débarque dans une petite chambre en parlant d'argent et en s'allongeant sur le lit avec cette phrase magique: "je suis là pour réaliser tes rêves." De fait, Penélope Cruz incarnerait une prostituée.

Retour dans les rues de la vieille ville avec un couple d'américains en chemises roses et blazer. Jesse Eisenberg, jeune et digne héritier du maître, accueille Alec Baldwin (ci-dessus) qui n'avait plus mis les pieds à Rome depuis la Seconde Guerre mondiale. On apprend que la copine d'Eisenberg fait un très bon expresso, ce qui est rassurant en Italie.

Débarque ensuite l'élément perturbateur. Alors que la petite amie forte en café, jouée par l'actrice à surveiller Greta Gerwig (ci-dessus), suggère de recueillir un temps une pote en pleine post-rupture, elle ne sait pas encore qu'elle vient de laisser entrer une croqueuse d'homme dans son ménage. Jusqu'à ce qu'elle dise "les hommes l'adorent, je crois que c'est à cause des vibrations sexuelles qu'elle dégage." Et là on se demande pourquoi elle ne s'écoute pas parler au lieu de faire de très bons expressos.

Parce que clairement, la menace, c'est Ellen Page (ci-dessus et dans Juno). Woody Allen qui se transforme délicatement en Portnoy semble se délecter des histoires de filles qui couchent avec d'autres filles et qualifient l'expérience de "fantastique". On verra ce qu'en pensera le spectateur.

Enfin, que serait l'Italie sans Roberto Benigni qui fait des grimaces

To Rome With Love
Sur les écrans le 4 juillet prochain